L’ancienne présentatrice vedette de la télé nationale, adulée pour son journal de l’an qu’elle commençait avec ‘‘une année finit, une année commence’’, vient d’être nommée par le président Alpha Condé, conseillère chargée de mission à la présidence de la République. Avec pour tâches spécifiques de mettre en place la Direction de la Communication et de l’information à la présidence de la république et de superviser le bureau de presse de la même institution.

Aissatou Bella revient ainsi dans le giron du pouvoir après l’avoir quitté sous le régime Conté (elle a été ministre de l’Information et de la Communication) ; et après une petite traversée de désert.  Il y a quelques années, elle a flirté avec le régime du président Condé qui, à un moment donné, a failli la nommer ambassadeur de la Guinée au Canada. Mais le réalisme politique avait pris le dessus sur la volonté de ‘‘réhabiliter’’ une ancienne star de télé politiquement pas bien assise. Saran Mady, cadre du RPG lui a été préféré au poste d’ambassadeur.

Aujourd’hui Bella revient pour, dit-on, donner un nouveau souffle à la communication présidentielle. Une nouvelle époque qui commence ou plutôt un challenge pour celle dont la génération est plus rodée à faire de la propagande que de la communication.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com