Interrogé ce matin par nos confrères de FIM FM dans l’émission Mirador, le ministre d’État, porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara, a édifié par rapport à une éventuelle augmentation des produits pétroliers les prochains jours. Selon lui, « un réajustement des prix s’impose à la hausse ».

« Ce n’est jamais la volonté et le choix d’un gouvernement de procéder à l’augmentation du prix du carburant. Si nous avions le choix, nous ne l’aurions pas fait. Et donc ce n’est pas un phénomène qui dépend de la seule volonté du gouvernement malheureusement, mais qui tient compte du cours mondial du baril qui peut être connu de tous. Et à ce jour, je pense qu’il n’y a pas eu de baisses, en tout cas drastiquement, du prix du baril à l’international, pour justifier éventuellement le statu quo dans les prix », a déclaré le ministre Tibou.

Et de poursuivre : « Un réajustement des prix s’impose justement à la hausse, puisque c’est une décision qui a été ajournée et reportée parce que le chef de l’État l’a voulu. Il ne voulait pas que cette augmentation du prix du carburant coïncide avec le mois saint de Ramadan. C’est une décision qui n’était pas partagée par nos partenaires, par le gouvernement également. Parce que chaque jour que l’augmentation n’est pas faite, ce sont des pertes considérables pour le trésor public. Et aujourd’hui le carburant est subventionné, c’est autant de manques à gagner pour l’État. »

Pour terminer, Tibou Kamara a estimé qu’« on ne peut pas parler de décision impopulaire dans la mesure où cette décision de flexibilité de prix est un accord avec les partenaires sociaux… C’est également une recommandation de nos partenaires techniques et financiers ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com