Les autorités guinéennes s’apprêtent à accueillir près de 500 de leurs compatriotes devant être évacués de la Centrafrique, dans le cadre d’un pont aérien mis en place en partenariat avec le gouvernement sénégalais, a-t-on appris de sources officielles.

Ce sont une quarantaine de ressortissants guinéens qui ont déjà été exfiltrés de la Centrafrique, pays de l’Afrique centrale en proie à la guerre civile. Il s’agit de femmes et d’enfants pour la plupart, qui ont pu voyager à bord d’un avion affrété par le gouvernement sénégalais, il y a environ deux semaines.

Une fois à Dakar, l’ambassade de Guinée au Sénégal serait venue en aide à 27 personnes, qui désiraient rentrer au bercail. C’est ainsi que ces gens ont regagné Conakry la semaine dernière, où ils ont été hébergés à la Maison des jeunes de Matam, dans la banlieue de la capitale, avant qu’ils ne soient dirigés vers leurs localités respectives, selon nos sources.

Le gouvernement guinéen entend améliorer le cadre d’accueil de ces personnes retournées, en dotant de moyens logistiques adéquats, le service national d’action humanitaire (SENAH), structure relevant de l’Administration du territoire, afin de faciliter le retour de près de 500 Guinéens, devant quitter la Centrafrique.

Le service national d’action humanitaire est à pied d’œuvre, pour régler les derniers détails liés à cette opération d’accueil et d’hébergement des Guinéens, en détresse, sur le point de quitter la Centrafrique, où la situation ne serait pas sur le point de se normaliser dans l’immédiat.

Xinhua

Publicités