Après la marche pacifique qui a été dispersée par les forces de l’ordre, mercredi, dans la commune urbaine de Labé, conformément à l’appel de Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, la fédération locale du parti avait lancé une journée ville morte ce jeudi 26 décembre. Cet appel a complètement été ignoré par les citoyens. C’est du moins le constat fait par le correspondant de Guinee7.com sur place

A 10h30, le marché  fonctionnait comme d’habitude à la seule différence, ce matin les accès de la grande place étaient bouclés. Sur place, nous avons rencontrés des commerçants furieux contre l’administrateur du grand marché. « Nous sommes arrivés ce matin dans l’intention de travailler et malheureusement, on trouve qu’ils ont fermé la rentrée principale. On ne peut pas continuer de la sorte, chaque jour fermer le marché, nous vivons du jour au jour et nous payons des taxes », nous a expliqué Mamadou Dian Diallo dans un ton colérique

Toutes les boutiques et tous les magasins des alentours du marché étaient ouverts et les clients aussi étaient au rendez-vous. Les banques primaires de la place ont normalement fonctionné, les stations-service sont aussi fonctionnelles. Le marché à légumes refoulait de monde.

Certains commerçants que nous avons trouvés devant leurs boutiques disent être menacés par un groupe de jeunes qui fait le tour du marché les sommant de fermer. « Le matin, quand on a ouvert, il y a un groupe de jeunes qui circulait sur la moto. Ils nous ont dit de fermer sinon qu’à leur retour, ils vont saccager nos biens. Mais cette fois-ci nous les attendons de pied-ferme, aujourd’hui nous n’allons pas fermer », nous a dit l’un d’eux.

Aux dernières nouvelles, sur pression des commerçants, l’administrateur du marché central a fini par ouvrir les portes d’accès.

Sam Samoura pour Guinee7.com