La journée ville morte lancée par l’opposition à Conakry ce 2 avril n’a pas été un succès. La ville n’a été paralysée que dans le fief de l’UFDG, principal parti d’opposition. « Là aussi beaucoup restent à la maison par crainte d’être vandalisés que pour obéir à un quelconque appel de l’opposition », commente un cadre du parti au pouvoir.

Par contre de nombreux opposants se soulagent en parlant d’un franc succès de l’opération. Mais se retrouvent aussitôt contredits dans leurs propres propos. C’est le cas de Sidya Touré, leader de l’UFR qui croit, au micro de l’AFP que «ce qui a été fait aujourd’hui (jeudi) a été bien suivi ».

Mais il annonce par ailleurs « Nous allons revenir à d’autres types de manifestations, qui sont beaucoup plus populaires ». Façon de dire sans le dire que l’opération ville morte de ce jeudi n’a pas été populaire.

Aziz Sylla