La Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a tenu une réunion extraordinaire à Accra, au Ghana, samedi 4 juin, sous la présidence de Nana Addo Akufo-Addo, pour examiner l’évolution politique au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, depuis le dernier sommet du 25 mars 2022.

En ce qui concerne la Guinée, la Conférence exprime sa « vive préoccupation face à la dégradation de la situation sociopolitique notamment en raison de l’absence d’un cadre de dialogue approprié entre le gouvernement et les acteurs politiques et les acteurs de la société civile ». L’Autorité de la CEDEA s’ « inquiète également de la durée de la période de transition de 36 mois annoncée par les autorités de transition ».

En conséquence, la CEDEAO « exige la finalisation d’un calendrier de transition acceptable ».

Elle « exhorte le gouvernement à mettre en place un cadre de dialogue approprié avec les acteurs politiques et de la société civile afin d’apaiser les tensions socio-politiques et d’assurer une transition pacifique ».

Elle confirme « la désignation de S.E. Mohamed Ibn CHAMBAS comme Médiateur de la CEDEAO en Guinée ».

Appelle « le gouvernement à respecter les droits humains de tous les citoyens guinéens et à s’abstenir de tout acte arbitraire qui porte atteinte à l’état de droit en Guinée ». La Conférence décide enfin d’examiner « la situation en Guinée lors de son prochain Sommet ordinaire du 3 juillet 2022 ».

Focus de guinee7.com