Après le verdict dans le procès opposant le préfet de Labé Elhadj Safioulahi à l’opérateur économique Elhadj Bhoye Garambé Diallo, les langues se délient dans la cité de Karamoko Alpha de Labé a constaté le correspondant de Guinee7.com.

Après trois reports et deux jours d’intenses débats, le président du tribunal a condamné le préfet de Labé à un an de prison assorti de sursis plus deux millions de francs guinéens d’amende et au paiement de cent millions de francs guinéens au titre de dommages et intérêts.

Il est important de rappeler que cette décision qualifiée de courageuse par les populations de Labé du juge Aboubacar Thiam est intervenue dans un contexte très particulier dans la salle des audiences du TPI de Labé. Peu avant la décision, la salle était archicomble. Aux premières places, le gouverneur et tout son cabinet, le cabinet du préfet et plusieurs chefs de services préfectoraux et les chefs militaires. Est-ce une façon d’influencer les décisions du tribunal ? Bien malin qui saura le dire.

Pendant les débats, le président du tribunal n’a pas hésité une seule fois de renvoyer le préfet à la normale toutes les fois que celui-ci sortait hors du cadre des débats. D’ailleurs le juge Aboubacar Thiam a été catégorique sur la question relative à la réquisition de la gendarmerie qui est allée interpellée le citoyen Elhadj Bhoye Garambé car d’après lui, l’acte était illégal car signé du secrétaire général chargé des collectivités de la préfecture, Lanciné Sangaré à qui d’ailleurs Aboubacar Thiam n’a pas manqué d’exprimer sa désolation pour l’acte qu’il a posé même si c’était sur instruction du préfet.

Car, dit-il, nul n’est tenu obligé d’exécuter un acte manifestement illégal.

Aux yeux de plusieurs observateurs et même des avocats de la partie civile et de certains hommes de droit présents à cette audience, le magistrat Aboubacar Thiam de par cette décision vient d’inscrire son nom de la plus belle manière dans les annales de l’histoire de notre pays. Et par la même décision, il vient de donner un regain d’espoir aux justiciables.

La justice guinéenne inféodée au pouvoir ? Le juge Aboubacar Thiam a prouvé le contraire…

Ce procès sera une grande leçon pour les dépositaires de pouvoir et des citoyens eux-mêmes.

Mohamed Samoura pour guinee7.com

Publicités

1 COMMENTAIRE

  1. Un jeune juge, le changement est avec la jeunesse, une grande première dans mon pays en ce je sache. Félicitation au juge THIAM pour son courage, personne n’est au dessus de la loi.