Se disant victimes de la poussière soulevée par les automobilistes, des riverains d’une route transformée en déviation par le fait des travaux de l’échangeur entamé au niveau de Kagbelen, ont manifesté leur mécontentement, dimanche 19 décembre.

Ces derniers ont érigé des barricades pour bloquer l’accès aux véhicules qui utilisent leur quartier comme passage. Il a fallu une négociation des automobilistes et l’intervention des agents du commissariat communal de Dubreka pour que ces citoyens lèvent les barrages.

Ils pointent du doigt la société chargée de ce chantier, qui d’après eux, refuse tout simplement d’arroser cette route qui est pourtant en remplacement à celle en chantier.

Samassi Ibrahima, diplômé en biologie médicale nous a expliqué la raison de leur mécontentement. « Depuis la construction du pont, la plupart des voitures passent par notre quartier. Et dans les quartiers, nous avons trois voies. Mais il n’y a que deux qui sont arrosés chaque matin et soir. Mais la nôtre ne figure pas sur la liste. Aujourd’hui nous avons vu les arroseurs et nous leur avons demandé pourquoi ils n’arrosent pas notre voie qui est une voie principale depuis le début des travaux ? Le monsieur nous a dit que la voie ne faisait pas partie du contrat.  C’est la raison pour laquelle nous nous sommes levés ce matin pour revendiquer pacifiquement en barrant la route », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter : « Nous comptons continuer jusqu’à ce que l’Etat puisse nous entendre et sache que depuis que la construction du pont a commencé, nous souffrons. »

Ici, les clôtures des différentes concessions sont recouvertes de poussière. « Nos habits sèchent avec de la poussière », ironise un manifestant.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com