Sara avait l’art d’exister. Il faisait rire de tout. De l’humour sarcastique, il faisait. De l’humour grinçant, il le faisait. Il faisait rire même ceux qui ne comprenaient pas sa langue de communication, le maninka. Il a malheureusement tiré sa révérence la nuit dernière à Kankan.
Sur la toile les hommages ne finissent pas à son endroit.

Le ministre de la Culture a écrit sur sa page

Ibrahima Sylla, journaliste, lui rappelled

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici