En Guinée, à cause de la pandémie du coronavirus aucune cérémonie officielle n’a été programmée pour la fête internationale du travail. Toutefois, le mouvement syndical guinéen -UGTG, COSATREG, CGFOG, SLECG, ONSL, GCGTG, CGSL, SIFOG, UDTG, CONASIG et UNTG-, a fait un cahier de charge à l’administration publique et au patronat.

Il s’agit entre autres de « la revalorisation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à hauteur d’un million cinq cent mille Francs (1.500.000GNF) -il est actuellement de 440 mille GNF, NDLR-; Augmentation de 50% du salaire indiciaire des fonctionnaires et les pensions ; l’engagement à la Fonction Publique des enseignants contractuels en situation de classe ; le maintien du prix du carburant à la pompe à 9000gnf ; la reprise des élections sociales ; le renouvellement du mandat des membres du conseil d’administrations dont les mandats sont échus ; audit de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) ; révision des conventions collectives ; mise en place d’une banque de l’habitant ; réorganisation de l’inspection générale du travail ; le relèvement de l’allocation familiale ;  guineenisation des postes », a énuméré Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.