BANNIERE GUINEE MILLION VERSION
Censure

Alhousseini Makanera: ‘‘Je voudrais vraiment saluer et féliciter le président de la République…’’

Alhousseini Makanera, leader  du Front national du développement (FND) a annoncé sa candidature aux prochaines communales pour briguer la mairie de Boké. Dans cet entretien qu’il a accordé à votre semainier, Makanéra Kaké donne les raisons de son engagement pour la conquête de la mairie de Boké.

Je pense qu’aujourd’hui, il faut laisser la passion à part pour dire
que cet accord est une avancée extraordinaire

Comment se porte votre parti ?

Alhousseini Makanera : Le FND se porte très bien. Pour preuve, nous sommes en train d’installer les structures de base à N’Zérékoré. Le lundi 24 octobre, il y a une grande cérémonie organisée par les structures de base du FND dans les trois sous-préfectures de Macenta. A savoir Balizia, Bofossou et Panziazou. Et sur la même lancée, nous avons
bénéficié d’un grand soutien à Boké, pour ma candidature pour briguer la
mairie de la ville.

Quelle lecture faites-vous de ce récent accord politique?

Je pense qu’aujourd’hui, il faut laisser la passion à part pour dire
que cet accord est une avancée extraordinaire sur le plan non
seulement de l’amélioration de la gouvernance en Guinée, mais surtout
pour la transparence des opérations électorales.  C’est la première
fois en ma connaissance depuis l’arrivée du professeur Alpha Condé que
le dialogue se tient dans la sérénité, dans la lucidité et dans la
compréhension mutuelle entre ces deux blocs. Et je crois, si je ne
m’abuse pas, c’est la première fois aussi que le président de la
République s’engage solennellement, et devant tout le monde de
respecter les accords qui seront issus du dialogue. Quand vous regardez
les différents points dont nous avons discutés, à savoir la neutralité de
l’administration, la libération des détenus en rapport avec des élections
législatives et puis le fichier électoral, nous avons décidé que le
fichier électoral soit  audité pour expliquer tout ce qui n’est pas
bon dedans. Et si le fichier n’est pas utilisable, de pouvoir le
remplacer par un autre jusqu’aux élections, et le remplacement de la
CENI actuelle par une autre CENI, jusqu’aux élections au niveau des
communes et des quartiers. Nous dirons que tous les points ont été
passés au peigne fin, et nous avons trouvé un accord sur tous ces points
sans vraiment beaucoup de problèmes avec une présidence impartiale du
ministre de l’Administration du territoire.

Je voudrais vous dire, souvent ceux qui parlent de
ces accords ne les ont pas lus, et ceux qui ont lu, beaucoup d’entre eux n’ont pas compris

Mais certains points de cet accord violeraient dit-on le code électoral. Comment comprenez-vous cela ?

Ce n’est pas vrai. Je voudrais vous dire, souvent ceux qui parlent de
ces accords ne les ont pas lus, et ceux qui ont lu, beaucoup d’entre eux n’ont pas compris, même les leaders qui parlent de violation de la loi. Quand est-ce qu’on viole la loi, c’est lorsque vous posez un acte contraire à la loi. Aujourd’hui on a dit, il faut faire le toilettage du code électoral pendant la session budgétaire et que les élections doivent
avoir lieu en février. Comment on peut violer une loi qui doit être
modifiée en octobre, comment on peut la violer en février. Ce n’est pas
vrai. Au jour d’aujourd’hui, ce qui est important, c’est qu’on ne peut
nullement pas organiser ces élections sans modifier la loi. C’est
pourquoi nous sommes partis là-bas, discuter pour ne pas que la loi
soit violée. Par exemple lorsque vous prenez le mode de désignation, et
la constitution et le code électoral disent que le suffrage en Guinée
est universel ; c’est-à-dire ouvert à tout le monde, égal, direct et
secret. Donc même dire que c’est tel parti qui doit voter, tel n’a pas le droit, c’est une violation de la loi, un. Deuxièmement c’est de lever la main.

Une partie du code dit que l’élection des conseils de quartier et
district à l’uninominal à un tour, à majorité absolu et c’est par main
levé, est-ce que ça c’est secret, ce n’est pas secret, mais c’est ce
que le code nous dit aujourd’hui. Nous nous sommes dits, il faut voir
tout ce qui viole les dispositions constitutionnelles, là où même le
code lui-même se contredit, il faut corriger ça, et il faut mettre
tous les Guinéens au même pied d’égalité, comme le principe est fixé
dans la constitution. Tous les Guinéens sont égaux, nul ne doit être
opprimé ou bien lésé à cause de son appartenance ethnique, de sa
religion ou à cause de son opinion politique. Donc on ne peut pas dire
que cette élection est réservée aux hommes politiques ou réservée aux
politiciens, parce qu’en ce moment, il y a eu une ségrégation par
rapport aux opinions des uns et des autres, c’est ça la violation au
contraire de la loi.

Avec Papa Koly, nous allons créer une alliance que nous allons nommer probablement
‘’L’alliance antisystème’’

Quelle sera le niveau de participation du FND à ces élections communales?

Mon parti a déjà affiché sa volonté de participer à ces élections
locales en alliance avec le parti GRUP de Elhadj Papa Koly Kourouma.
Nous allons créer une alliance que nous allons nommer probablement
‘’L’alliance antisystème’’, qui va présenter dans toutes les communes
de la Guinée des candidats.

Qu’en est-il de votre candidature en personne?

Je serais candidat à Boké. Déjà j’ai bénéficié d’un grand soutien de la
part de la population qui voudrait une fois mettre ces élections
au-dessus des partis politiques, pour faire en sorte qu’il y ait une
équipe dynamique, qui sera installée à Boké, et qui pourra faire face
aux hommes d’Alpha Condé.

L’honorable Amadou Damaro Camara a été convoqué jeudi dernier au TPI de Dixinn pour une affaire de gros sous, portant sur des marchés d’herbicide. Mais il a brillé par son absence. Comment
vous juger cela ?

J’ai été très content du fait que l’honorable Damaro soit convoqué
là-bas et qu’il ne parte pas, car cela soulève la question de l’immunité
parlementaire. Alors qu’au fond, on se rappelle il n’y a pas encore
longtemps, l’honorable Ousmane Gaoual Diallo a été convoqué sans que ne soit levée son immunité parlementaire. Ils n’ont pas levé le petit doigt. C’est pourquoi le fait seulement qu’il a été convoqué sans que ne soit levée son immunité parlementaire, ça m’a plu. Bien que lui, il ne s’est pas présenté.

Mais cela prouve à suffisance qu’il faut lutter contre l’injustice
avant que l’injustice ne t’arrive. Ce qui commence comme ça, si ça
continue, un jour lui aussi il sera arrêté sans que son immunité ne
soit levée.

Que pensez-vous de la menace de fermeture de la filière arabe au sein des universités guinéennes?

Si cela est-elle,  c’est une catastrophe pour notre pays, quand on sait que  notre  pays  compte plus de 95 % de musulmans et que l’enseignement arabe, sa présence remonte avant l’indépendance. Tous les présidents qui se sont succédé ont soutenu cet enseignement, et que notre président national Elhaj Alpha Condé vienne au pouvoir non seulement nous ne participons pas au pèlerinage à la Mecque pendant  2 ans, et que l’année qu’on reprend le hadj, on sabote l’enseignement arabe. N’oubliez pas que ce n’est pas l’enseignement arabe seulement qui est saboté. Les hommes de Dieu, ceux qui sont dans les mosquées pensent que depuis que lui il est au pouvoir, c’est l’islam même qui est saboté. Parce  que ce que l’Etat avait l’habitude de donner pendant les fêtes, depuis que Alpha est au
pouvoir tout ça a disparu, pourtant on a hérité de ça depuis le
temps de la révolution, en passant par le temps de Lansana Conté et
même le capitaine Dadis qui n’est même pas musulman, avait fait un effort pour faire des cadeaux aux mosquées pendant ces fêtes islamiques. Le président actuel malheureusement, a arrêté ça. Ce qui prouve à suffisance que les musulmans devaient se lever, sinon  ça sera la fin de notre religion, si on ne fait pas attention.

si le RPG arc-en-ciel dépasse les 20% des communes, c’est sûr ils vont parler d’un autre troisième mandat pour
Alpha condé

Votre mot de la fin

Je voudrais vraiment saluer et féliciter le président de la République
pour une fois pour la tenue  de ce dialogue qui a été vraiment dirigé avec beaucoup d’impartialité par son ministre. Et je crois que c’est lui qui a été à la base de cette réussite. Je voudrais aussi demander à la population surtout à la jeunesse de comprendre que les enjeux des élections locales, ce n’est pas seulement pour conquérir la mairie, mais c’est pour conquérir la liberté et la démocratie. Parce que si le RPG arc-en-ciel dépasse les 20% des communes, c’est sûr ils vont parler d’un autre troisième mandat pour
Alpha condé. Ce qui peut entrainer beaucoup de problèmes dans notre
pays. Pour éviter cela, je demande à tous les Guinéens de voter pour
prouver à Alpha Condé que son pouvoir se conjugue aujourd’hui au
passé.

Entretien réalisé par  Amadou Sadjo Diallo

Facebook Comments

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.