BANNIERE GUINEE MILLION VERSION
Censure

‘‘On confond un manifestant pacifique muni d’une pancarte à une horde de loubards armée’’ (Damantang Albert Camara)

Dans une interview accordée à www.guinee7.com, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Damantang Albert Camara, a estimé qu’ « il y a beaucoup de confusion autour de ces questions de maintien d’ordre, d’armes conventionnelles, de violences, de tirs et de meurtres pendant des périodes de troubles. L’analyse de la situation est souvent totalement biaisée et ne correspond pas à la réalité du terrain. On confond souvent et, je suis tenté de dire, à dessein, les manifestations pacifiques aux actes de véritable guérilla urbaine. On confond sciemment un manifestant pacifique muni d’une pancarte à une horde de loubards armée de machettes, de frondes, de barres de fer, de cailloux. Chacun de ces objets est une arme létale par destination ».

Il a rappelé que le « Policier qui a été tué à Bambéto n’était pas armé et son unité non plus. Il a été massacré à coup de barre de fer, de pierres et de machettes et jeté dans une poubelle. Ce sont ces loubards qu’on doit qualifier de manifestants pacifiques ? Pourtant, à cet endroit, aucun coup de feu n’a été tiré ».

Pour tout dire, « dans tous les dispositifs de maintien d’ordre, la composition classique d’une unité prévoit au moins un agent en retrait muni d’une arme à feu pour intervenir en dernier recours en cas de danger de mort. C’est valable dans toutes les unités du monde. Chez nous, même cette exception a été interdite par le Président de la République ».

Cette interdiction a été réitérée par le président Alpha Condé, lors d’une tournée, vendredi 30 octobre, chez les militaires, policiers et gendarmes.

« Quand vous sortez pour les manifestations, vous ne devez jamais sortir avec l’arme. Votre arme doit être des armes non létales. Nous sommes un pays démocratique, les manifestations sont autorisées. Mais en Guinée, les gens ne viennent pas pour manifester car, ils viennent avec des gourdins, des machettes pour provoquer », regretté le président Condé.

Avant d’insister : «Le gouvernement est derrière vous, mais seulement, nous vous demandons de faire une action civilisée à l’égard des manifestants. Mais, nous allons faire en sorte qu’aucun manifestant ne puisse s’attaquer aux forces de l’ordre avec des gourdins et des fusils de sache. »

Focus de guinee7.com

Facebook Comments

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.