A l’occasion d’un point de presse tenu à la Maison de la presse, à Kipé, les initiateurs du projet “224 Objectif Bac” ont présenté leur rapport d’activités pour la région administrative de Mamou. C’est un document de 18 pages qui explique d’où est venue l’idée du projet, les activités réalisées, les difficultés rencontrées et les recommandations.  

Selon Mohamed Ali Kondé, coordinateur du projet, suite au lancement de l’appel à candidatures des enseignants volontaires, cent (100) se sont portés candidats. Après le test, trente (30) ont été retenus. Or, « quand on a dit que le projet n’est pas de remunérer, il y a eu des gens qui sont tombés malades, il y en a qui ont eu des occupations, du coup nous sommes descendus à vingt-et-un (21) enseignants. Est-ce qu’on devait se décourager ? Non, parce qu’on avait besoin de soixante-deux (62) enseignants… Le fait que le projet n’est pas remunéré, cela a découragé certains professeurs… », a-t-il souligné.

Pendant la réalisation du projet, plusieurs difficultés ont été rencontrées, estiment les organisateurs, d’autant plus que c’est leur première expérience dans ce genre d’activités. La première difficulté, selon le coordinateur du projet, c’est le manque de planification, ensuite, il y a eu un manque de logements, notamment à Mamou et Pita. En outre, par endroits, il y a eu des difficultés au niveau de la mobilisation des ressources. Pour un budget de près de 300 millions, pour les trois préfectures, seulement 13 millions ont été mobilisés, jusqu’au jour du départ pour l’intérieur du pays.

« Il y a des bonnes volontés qui ont accepté de mettre des véhicules à notre disposition. Donc, une bonne volonté a mis un bus à disposition, l’a carburé, a mis un chauffeur dans ce bus-là et a intimé qu’il reste pendant 10 jours. Ça, ça prenait déjà une ligne de 70 millions dans le budget… L’hébergement coûtait un plus de 100 millions pour les trois préfectures. A Mamou, on a eu deux bâtiments où l’équipe est restée, à Dalaba, c’est un particulier qui a mis sa villa à notre disposition, et à Pita, c’est la mairie qui a accepté de vider une maison et nous sommes restés là », a expliqué Mohamed Ali Kondé.

Tout cela a donné quoi comme résultat ? Dans la région de Mamou, on était à 13%, ils ont présenté 1.898 candidats et il n’y a eu que 265 admis. Cette année ils ont présenté 1.895 candidats et ils ont eu 301 admis. Donc, de 13% on est allé à 15,96%. C’est la petite amélioration qu’on a pu obtenir. Je précise, nullement nous nous attribuons le mérite, parce que notre vocation n’est pas de remplacer le gouvernement, il y a beaucoup de choses à faire là-bas. On ne peut pas dire que c’est grâce à nous, mais moralement on ne peut pas nous dissocier de cela (sic) », a-t-il répondu.

Après cette première expérience, le projet “224 Objectif Bac” compte poursuivre le combat. Si pour la première édition, ils ont commencé tardivement les activités, cette année, ils comptent commencer le travail dès le mois d’octobre. Les régions de Faranah et Boké seront leurs destinations.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 705 199

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici