Le discours tenu par le président de la République, Alpha Condé, mercredi 4 septembre 2019, suscite encore des réactions. A Kindia, Abdoulaye Bah de l’UFDG et le camarade Django Cissé, secrétaire fédéral du PDG-RDA, ne sont pas restés de marbre.  

Le camarade Djanjo Cissé, dit avoir « écouté un discours sensibilisateur, un discours qui consistait vraiment à donner la parole au peuple afin qu’il se prononce concernant l’affaire de nouvelle constitution. Le président Condé n’est pas allé à la vitesse supérieure dans son discours. Seulement, il a engagé le premier pas avant qu’il ne fasse savoir à la population guinéenne sa décision finale concernant une nouvelle constitution. Mais pour le moment, il n’a rien dit de clair pour cette affaire de troisième mandat. Le premier pas qu’il a engagé est le fait de demander à son premier ministre de consulter la population avant sa décision finale ».  

Pour Abdoulaye Bah, « Dans le discours, le président n’a nullement dit de manière explicite qu’il organisait un référendum.  Il a tout simplement dit qu’il prend acte des différentes positions de divergence sur ce qui prévaut en Guinée. À savoir, le débat sur la nouvelle constitution et qu’il écoute tout le monde. Donc, ne lui faisons pas dire ce qu’il n’a pas dit de grâce. Parce que ce n’est pas joli d’accuser quelqu’un d’avoir dit quelque chose qu’il n’a pas dit. Il ne parle pas de référendum dans ce discours mais il parle de consultation avec les forces sociales du pays. Je ne suis ni optimiste ni pessimiste, s’il va aller pour un troisième mandat. Le président Alpha Condé dans son discours fait une négation dans la situation qui frappe la Guinée. C’est comme s’il n’est même pas en Guinée. C’est comme s’il n’est pas président. Il parle de progrès, pendant deux semaines la ville de Kindia est coupée de la capitale Conakry (il fait allusion au récent éboulement qui a obstrué la route entre Conakry et Kindia, NDLR) ».

Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493

Publicités

Laisser un commentaire