Depuis quelques semaines, on assiste à une véritable discorde entre Aboubacar Soumah du SLECG et Abdoulaye Sow de l’USTG. Deux syndicalistes qui, il y a quelques mois, faisaient front commun contre le gouvernement dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail du corps enseignant guinéen.

Le hic ? Chacun de ces deux hommes forts du monde syndical guinéen revendique la paternité du récent dégel de salaire des enseignants grévistes. Dégel qui, il faut le rappeler, a été autorisé par le Premier ministre chef du gouvernement. Et depuis, les deux “protagonistes” (Soumah et Sow) se lancent des piques dans les médias.

Ce mardi, c’est le camarade Abdoulaye Sow qui est encore passé à l’attaque. C’était au cours d’une interview qu’il a accordée à nos confrères de la radio Lynx FM.

En effet, après avoir rappelé l’origine du problème qui, selon lui, “est sur le courrier du camarade Aboubacar Soumah, en disant que l’USTG ne l’a pas accompagné”, le SG de l’USTG- Conakry a soutenu que sa centrale syndicale “a été le moteur de tous les acquis du SLECG”.

« Nous les avons accompagnés pour les acquis des 40% en tant que FESABAG, nous les avons accompagnés quand il s’agissait de la grève des 8 millions GNF. Et nous sommes signataires de tous les protocoles entre tous les groupes de syndicats de Guinée », a fait entendre Abdoulaye Sow.

« Aujourd’hui, poursuit-il, Aboubacar Soumah réclame la paternité de ce dégel, mais comme le premier ministre est vivant et le bureau de presse de la primature est vivant, ils vous diront qui est à la base du dégel des salaires. Nous pouvons vous rassurer que L’USTG est une centrale syndicale très forte. Et nous tendons la main à toutes les structures syndicales de Guinée pour défendre ensemble les travailleurs de Guinée ».

Il faut également rappeler, que le Camarade Aboubacar Soumah a, depuis quelque temps, suspendu toutes les activités de son syndicat au sein de la centrale dirigée par Abdoulaye Sow.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com