L’opposition extraparlementaire guinéenne a rejeté “catégoriquement” la nomination du juriste Mamadi III Kaba, comme commissaire à la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSC-G), Dr Dansa Kourouma a déclaré que cette opposition singulièrement et la classe politique guinéenne en général, n’ont ‘‘rien à me dire sur la désignation de la société civile. Parce que nous n’avons rien à leur dire sur les choix qu’ils font pour être à la CENI”, a-t-il réagi, ce jeudi 21 mai chez nos confrères de Lynx FM.

on peut se permettre de désigner sa propre fille ou son fils pour aller représenter un parti politique à la CENI

Il a ajouté qu’ils (partis politiques) ont 14 places à la CENI, se sont tous des hommes choisis par eux. Le plus souvent sur la base des critères subjectifs que tout le monde connait ; on peut se permettre de désigner sa propre fille ou son fils pour aller représenter un parti politique à la CENI. Alors, les partis politiques dans leur choix, on ne leur fait pas d’injonction, ils n’ont aucune injonction à faire dans le choix de la société civile. D’ailleurs je ne leur donnerai pas cette opportunité, cette manœuvre dilatoire de nature à jeter l’opprobre à une personne qu’eux-mêmes ont applaudi dans ces prestations lorsqu’il a géré la commission technique d’audit du fichier”, a-t-il laissé entendre.

les partis politiques doivent comprendre qu’ils sont indépendants dans leurs choix, ils sont différents de nous

Dansa Kourouma a ensuite enseigné que: “les partis politiques doivent comprendre qu’ils sont indépendants dans leurs choix, ils sont différents de nous ; du point de vue statut et on n’a pas les mêmes rôles au sein de la CENI. Donc, si un parti politique interfère dans le choix d’un représentant à la CENI cette personne on va tout simplement l’enlever. Mais quand on fait notre choix indépendamment de toute influence, les partis politiques mêmes si c’est l’ensemble des partis politiques de la Guinée qui se réunissent aujourd’hui ils n’ont aucun pouvoir de remettre en cause le choix fait par la société civile. Par contre le débat avec le barreau c’est un débat qu’on peut tenir avec une certaine humilité vu notre histoire avec cette entité.”

Que l’opposition politique comprenne, ils ont des chats à fouetter, qu’ils s’intéressent à ça

Il a ensuite conclu : “Que l’opposition politique comprenne, ils ont des chats à fouetter, qu’ils s’intéressent à ça. Ce n’est pas à eux de choisir au sein de la société civile. Le CNOSG a existé depuis 2002, le rôle qu’on a joué dans le processus politique guinéen tout le monde le sait. Donc, je n’ai pas de leçon, ni moi ni l’entité ni toute la société civile guinéenne, nous n’avons aucune leçon à recevoir d’un parti politique en ce qui concerne nos choix. En revanche, si la personne choisie va à l’intérieur de la CENI, ils peuvent donner des consignes à leurs représentants de ne pas voter pour la personne, ça c’est leur droit.”

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.