Le ministre guinéen de la communication Alhousseyni Makanera Kaké ne fait pas une semaine sans se retrouver par sa médiocrité et son ignorance des lois à la une de l’actualité nationale.

L’on se rappelle tous de son acharnement contre le groupe HADAFO où il menaçait de porter plainte contre des journalistes pour diffamation dit il et où il menaçait de mettre en ordre les journalistes avant les présidentielles de 2015 comme pour  dire qu’en 2015 aucun journaliste ne devrait dénoncer ou même parler de la fraude qu’ils envisageraient d’organiser. Il menaçait à ce même effet de suspendre Espace TV « la télé d’une autre planète » pour non respect de la loi en la matière, télévision qu’il affirmait quelque mois plutôt « être fier de la suivre partout dans le monde et que cette TV faisait sa fierté en tant que guinéen. Il a tout de même fini par comprendre que faire marche arrière était la meilleure issue pour lui et a enfin décider à la fois de ne pas porter plainte contre ce (ces) journalistes et de laisser Espace TV comme il l’a trouvé, dit-on suite à une médiation.

Rappelons aussi le bras de fer qui opposait le ministre Makanera au journaliste sportif Amadou Diouldé Diallo de la Radio Télévision Guinéenne, qu’il a accusé d’avoir abandonné son poste et qu’il a exclut de la fonction publique.

Ce journaliste Amadou Diouldé Diallo avait quelques jours auparavant dans une émission radio de grande écoute affirmé :«  En effet le général Lansana Conte avait effectivement rénové le palais des nations à hauteur de 80 pour cent.

À l’avènement du prof Alpha Condé les travaux ont été achevés pour abriter le sommet de l’OCI». Cette phrase était en fait le nerf du problème entre le ministre et Mr Diallo.

Amadou Diouldé Diallo fera des révélations sur Makanera en ces termes : « un Makanéra qui a échoué au test de recrutement d’une radio rurale à Boké ministre de la communication; c’est un démarcheur de terrain à Nongo, Makanéra n’a pas de diplôme à moins que ce diplôme ne soit antidaté parce qu’il est aujourd’hui ministre, il a fait communication à Poly mais n’avait pas soutenu et par conséquent n’a pas eu de diplôme, je me demande sur quelle base Makanera est nommé ministre de la communication dans un gouvernement où il y a Albert Damantang Camara, Me Seck Sacko…»

Personnellement je trouve qu’il serait plus judicieux de nommer Makanera à un poste permanent de « Directeur permanent de campagne » du RPG Arc-en-ciel car il a la compétence démagogique requise pour occuper ce poste.

Autre bavure du ministre Alhousseyni Makanera Kaké, pas plus tard que la semaine dernière, le ministre de la communication aurait dit à N’Zérékoré suite aux événements tragiques de Koulé : qu’ils (je ne sais avec qui) vont ôter le statut de sous-préfecture à la localité de Womé, qu’ils n’y enverront plus de sous-préfet, qu’ils (les populations de Womé) seraient privés d’école, de centres et de postes de santé… avant de se rétracter et de déclarer n’avoir jamais tenu ces propos suite à la réponse du député de l’UGDD Holomo Koni Kourouma qui a qualifié le ministre de « colporteur de rumeurs » et qui menace de l’assigner en justice pour avoir dit sur les ondes de la Radio Télévision Guinéenne je cite : « je me demande si l’honorable Holomo Koni Kourouma n’est pas derrière ces tueries, il a tenté d’empêcher les forces de l’ordre d’entrer dans la localité et n’a aucune compassion pour les victimes ».

Je demande au ministre Alhousseyni Makanera de suivre des cours de Droit auprès de son frère jumeau Alhassane Makanera Kaké pour qu’il sache que le statut de sous-préfecture ne peut pas être retiré par un arrêté du ministre de l’administration du territoire ni moins par celui de la communication.

Dans ce même registre des tueries de Womé, le ministre affirme « un journaliste a  72 heures avant cette tuerie laissé un auditeur dans une radio locale qu’ebola a été importé par Alpha Condé pour tuer la population, ce journaliste est un criminel plus dangereux que ceux qui ont perpétrés ces crimes à Womé.

Outre son allergie à la critique, ses accusations sans fondements, sa méconnaissance de la loi, Makanera serait aussi un champion dans les détournements de fonds…

En effet selon un article paru dans un site d’actualité, lors de la récente visite du souverain marocain en Guinée, la présidence de la république avait débloqué une somme de 22 millions de FG pour la couverture médiatique de cet événement mais apparemment aucun homme de medias n’avait eu vent de cette somme d’argent.

La situation de  quelques 700 000 dollars du droit de diffusion des images de la coupe du monde restent encore floue. Cette  diffusion devrait être un monopole des medias publics mais tout de même le groupe « évasion » a diffusé ces images, et ce groupe ont présentés des copies d’autorisations signées par Alhousseyni Makanera Kaké ministre de la communication.

Pour terminer je demande humblement au ministre Kaké de rendre le tablier comme le lui a demandé l’honorable Koni Kourouma, car sa gestion est catastrophique et selon des cadres du département il est incapable de gérer le moindre problème du département.

Boubacar BAH

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici