Une rue de Conakry (archives)

Ce samedi matin, la plupart des Guinéens vaquent à leurs affaires. Cependant  sur l’axe Hamdallahi-Bambéto-Coza, fief du leader de l’opposition, la circulation est un peu paralysée. De nombreuses personnes dont les élèves obstruent à plusieurs endroits la route, obligeant des automobilistes à rebrousser chemin, avons-nous constaté. Ces personnes rallieraient le siège de l’UFDG où doit se réunir l’opposition pour tirer ‘’les leçons’’ des résultats proclamés par la Cour Suprême. Un jeune lycéen que nous avons interrogé au carrefour Hamdallahi dit ‘’se rendre au siège (de l’UFDG, NDLR) pour prendre les directives de Elhadj Cellou’’.

On se rappelle qu’avant ces résultats, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a maintes reprises demandé à ses partisans d’être ‘‘prêts à répondre à l’appel du parti au cas où la Cour ne tenait pas en compte les revendications de l’opposition’’.

Hier la Cour suprême  n’a fait que valider les résultats du scrutin législatif du 28 septembre portés à son niveau par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Selon la première institution judiciaire du pays,  elle se trouve dans  “l’incapacité” à trancher dans les contentieux   des partis politiques, qui relèveraient plutôt des “compétences de tribunaux répressifs et de la CENI”

Les formations politiques réclamaient pour la plupart une annulation partielle ou totale du scrutin, pointant du doigt des irrégularités.

Selon les résultats définitifs, le RPG-Arc-en-ciel, parti au pouvoir, détient la majorité avec 53 sièges,  l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d’opposition, 37 sièges, L’Union des forces républicaines (UFR), 10 sièges, etc.

Ibrahima S. Traoré

 

.

Publicités

Laisser un commentaire