Madifing Diané, ministre de la Sécurité

Trop, c’est trop ! Allons-nous rester à juste nous plaindre des assassinats quotidiens commis autour de nous ? Non. Cela ne peut continuer ainsi. Il est temps que nous nous ressaisissions pour dire haut et fort : il y en a marre. On a l’impression que l’étau se resserre autour de nous de plus en plus ; avec ce lâche assassinat de Mohamed Ghussein. On a surtout l’impression aussi que ce sont les meilleurs d’entre nous qui tombent sous les coups des criminels qui continuent malheureusement à se pavaner tranquillement parmi nous, en toute impunité.

Alors, j’en appelle à notre légitime indignation. Comme Stéphane Kessel, qui jusqu’au soir de sa vie appelait l’humanité à s’indigner, pour ne pas s’accommoder des violences et autres violations des droits humains légitimes, dans le silence. Des personnes anonymes ont été tuées à Conakry et à l’intérieur du pays. Leurs meurtriers courent toujours. Des (hauts) cadres compétents et surtout intègres sont maintenant tués. De Madame Boiro à Mohamed Ghussein, en passant par Paul Colle et Diané, l’année qui finit a été bien servie en crimes crapuleux. Levons-nous pour dire stop à ces actes qui nous mettent en état de terreur permanente. La mort des deux journalistes français, le mois dernier a choqué la planète entière. Au point que les Nations unies ont voté une résolution fixant une journée internationale de lutte contre les crimes commis envers les journalistes. Des marches ont été organisées au Mali, en France… en Guinée. Il devrait en être de même pour les crimes commis en Guinée. Sans aucun esprit partisan ou autre, tous les Guinéens devraient manifester d’une manière ou d’une autre leur indignation pour ce crime de trop. Il en va de notre liberté et de notre sécurité à tous. Que ce soit une marche, un moment de silence, une journée de prière… Nous devons manifester dans la cohésion et la paix notre indignation, pour que plus jamais un Guinéen ne soit tué comme un poulet sans que les auteurs des crimes ne soient démasqués et punis conformément à la loi.

Encore une fois, indignons-nous !

Daouda Tamsir Niane