La suite procès du commandant Alpha Oumar Boffa Diallo dit AOB, Jean Guilavogui et Fatou Badiar Diallo s’est poursuivi, ce lundi 02 juillet 2018, au tribunal de première instance de Dixinn. Au cours de cette audience criminelle, seul Jean Guilavogui a comparu.

Dès son appel à la barre par le juge Mangadouba Sow, le présumé a fait face aux questions de la partie civile, dans une salle moins remplie que les audiences précédentes. Et pour des raisons de santé, le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo n’a pas assisté à l’audience. Il a été évacué à l’infirmerie de la Maison centrale pour les soins.

A la question de savoir ce qu’il faisait au domicile du président de la République, Jean Guilavogui répond que : « C’est quelqu’un qui m’a envoyé au domicile du président, moi même je ne savais pas que c’était chez le président ».

« Si votre frère Émile vous demandait de partir attaquer le domicile du président, alliez-vous le faire ? » demande un avocat de la défense, et Jean Guilavogui répond que si c’était le cas, il ne le ferait pas et qu’il aurait même dénoncé son  frère.

Par ailleurs, ce prévenu, explique qu’il a été amputé de la main gauche au camp, tout simplement parce qu’il avait refusé d’accuser un certain nombre de personnes se trouvant sur une liste qu’on lui a présentée sur son lit d’hôpital.

« Ils mon présenté une liste de personnes pour que je les cite, j’ai refusé, raison pour laquelle ils ont coupé ma main, à deux reprises, (…). Ils l’ont amputée sans anesthésie, j’avais les yeux ouverts. Jusqu’à présent, je ressens la douleur ; actuellement, je parle difficilement », a-t-il soutenu à la barre.

Après près de deux heures de débats, l’audience a été renvoyée par le tribunal, pour 23 juillet prochain.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici