La 22éme édition de la coupe du monde Qatar 2022 a pris fin dimanche 18 décembre 2022 à travers le sacre de l’Argentine de Lionel Messi, face à l’équipe de France, championne 2018 de la précédente édition. Ndimba radio a interrogé Lucien Bendou Guilao, ex international guinéen, et président du Comité provisoire de la gestion de la ligue guinéenne de football professionnel, sur les particularités de ce mondial.

Ndimba radio : Lionel Messi est sacré champion du monde, à l’issue d’une séance épique de tirs aux buts contre l’équipe de France, le seul trophée qui manquait à son palmarès. Quelle lecture faites-vous du parcours de la Pulga dans cette coupe du monde ?

Lucien Bendou Guilao : Un parcours parfait, ça a mal débuté contre l’Arabie Saoudite, mais l’équipe s’est ressaisie autour de Messi comme toujours. Cette coupe, hein, c’est parti de victoire en victoire. Il faut reconnaître que, en face de l’Argentine en finale, qu’il y avait une équipe de France diminuée, à savoir ce virus qui a sévi dans cette équipe de France qui a affaibli tout l’axe central, presque, mais ceci étant, Messi a fait une très belle coupe du monde. Il mérite le prix du meilleur joueur de cette coupe du monde parce qu’il est quand même le meilleur joueur du monde. Bien avant cette coupe du monde, moi je fais partie de ceux qui pensent que, avec ou sans cette coupe du monde, Messi reste le meilleur du monde.

L’Argentine a perdu son premier match contre l’Arabie Saoudite (2-1), est-ce que vous aviez vu l’Albicéleste allez jusqu’au bout de ce tournoi ?

Absolument, à partir de l’instant où l’équipe s’est ressaisie à avoir ses points, c’est-à-dire 3 points à chaque sortie, l’essentiel, c’est de prendre des points et arriver à la finale. C’est ce qu’a fait l’Argentine. Elle a pris match après match, se remettant en question en prenant des points jusqu’arriver en finale. Il n’y a aucun secret, il faut se remettre en question et travailler. C’est ce que l’Argentine a fait.

cette coupe du monde a été extraordinaire

L’arbitrage a été pointé du doigt tout au long de la compétition, est-ce que vous pensez que l’Argentine a été favorisée ?

Moi quand je me mets dans ma position de supporter, je dis pareil que les autres hein, ça sent des paroles de supporters, mais avec du recul, quand on regarde, Il n’y a rien à dire, Y a eu des petits problèmes d’arbitrage, mais c’est pas sur les matchs de l’Argentine. Ceux qui est sûr, c’est que cette Coupe du monde a été presque parfaite à tout point de vue sur le plan de la qualité du jeu, sur le plan de l’arbitrage, sur le plan de la qualité, de l’organisation, rien n’à dire mais y a des équipes qui perdent, et qui mettent en cause les arbitres, mais ça c’est la vie du football, c’est comme ça, mais avec encore un peu de recul, on s’assoit, on regarde et on dit grosso modo, l’arbitrage était à la hauteur. De toutes façons, les Français ne diront pas que c’est la meilleure coupe du monde puisqu’ils ont été battus en finale. Bon, mais nous qui regardions de loin, on a vu une très belle organisation, de très beaux matchs, sur le plan de la qualité du jeu. Déjà, cette coupe du monde a été extraordinaire. Des équipes africaines ont tenu tête, même si certaines ont été éliminées. Mais elles ont été éliminées, la tête haute. Il y a eu des surprises, des équipes asiatiques ont tenu tête, parfois c’est bien hein, le niveau se rehausse, Il n’y a pas eu d’incident en particulier. Moi je pense que cette coupe du monde a été très bien organisée. Bon, pour moi elle a été meilleure que les trois ou quatre dernières éditions.

On ne doit pas se cacher derrière les prestations du Maroc pour dire oui l’Afrique a fait ceci et l’Afrique, est cela, il faut que chaque pays africain travaille comme le Maroc l’a fait

L’une des sensations de ce Mondial, c’est le Maroc qui a fini à la 4ème place, une première pour une équipe africaine, pensez-vous que ça servira de déclic ?

Je ne crois pas trop, il faut travailler. Il n’y a pas de déclic dans cette affaire, le Maroc a un gouvernement qui a mis en place tout ce qu’il fallait pour qu’il y ait de la formation au Maroc. Tout ce qu’il faut pour que les clubs soient à la hauteur. Et je vous signale que les clubs marocains, il y en a plusieurs qui ont eu la Champions League récemment et la coupe CAF donc ce n’est pas du hasard. Il y a des installations, il y a des espaces, il y a de la formation, y a tous les ingrédients au Maroc pour que cette équipe puisse jouer les premiers rôles et ce n’est pas la première fois. Parce qu’en 1986, le Maroc a battu le Portugal sur 3 buts à 1 dans un groupe difficile. On ne doit pas se cacher derrière les prestations du Maroc pour dire oui l’Afrique a fait ceci et l’Afrique, est cela, il faut que chaque pays africain travaille comme le Maroc l’a fait. C’est aussi simple que ça.

C’est aussi une première que les équipes africaines soient conduites par des sélectionneurs africains, vous ont-ils séduit ?

Moi je ne comprends pas ce problème, quand vous voyez des Samuel Eto’o ou des George Weah qui, mis dans les mêmes conditions que les joueurs européens en Europe, ils jouent les premiers rôles. C’est bien normal que les entraîneurs africains qui ont reçu les mêmes formations que les entraîneurs européens jouent les premiers rôles, ce n’est pas autre chose, C’est une question de formation, entraîneur local, si tu n’as pas la formation qu’il faut, ton équipe n’ira pas, mais si vous regardez le background des entraîneurs africains qui étaient là-bas, ils ont fait des hautes études, mis dans les mêmes conditions, les Africains sont capables de faire autant ou plus que les Européens. C’est ce que je veux dire.

Interview réalisée par Thierno Abdoul Barry

Source: www.ndimbaradio.info