Quelques heures après le lancement, jeudi, des épreuves du baccalauréat (marquant ainsi le démarrage des examens nationaux 2021), il a été constaté sur les réseaux sociaux les sujets des différentes épreuves. Ainsi que les photos de téléphones qui auraient été saisis dans des centres d’examen.

Réagissant face à cette situation, le MEN-A , qui dit pourtant avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour faire barrage à ce genre de pratique, estime qu’« il est à noter qu’il n y a eu aucune fuite de sujets parce que la fuite du sujet c’est la découverte de l’épreuve avant son lancement officiel. Il est aussi à noter qu’il y a eu des sujets fabriqués comme d’habitude par des gens mal intentionnés soit pour vendre aux naïfs candidats et parents ou pour des actes de sabotage », a précisé Mohamed Ansa Diawara, porte-parole du MEN-A

« Par contre, poursuit-il, il est à regretter la légèreté chez certains encadreurs dans la préfecture de Dubréka où deux candidats ont été pris avec de téléphone en train de photographier l’épreuve dans une salle à l’école Wilfried Opra. Ils ont été automatiquement renvoyés ainsi que les deux surveillants qui étaient avec eux. A l’école Ousmane Camara dans la même commune, cinq cas on constatés et renvoyés. Au lycée 28 septembre de Kindia, grâce aux détecteurs de métaux, bien avant le lancement des épreuves, 18 téléphones ont été saisis. Et là, certains ont mis leurs téléphones dans des sandwichs. Ils ont d’abord emballé les téléphones dans de l’aluminium puis ils ont foutu ça dans du sandwich, mais grâce aux détecteurs de métaux ces téléphones ont été saisis. Ce qui veut dire que les dispositifs que nous avons mis en place ont bien marché ».

Pour terminer, il a déclaré : « l’élimination des candidats et le renvoi des surveillants sont des mesures conservatoires et par la suite le MEN-A engagera des poursuites judiciaires contre tous les fraudeurs et leurs complices et les conseillers du MEN-A sont mandatés de préparer des dossiers contre ceux qui veulent détruire l’école guinéenne mais aussi la Guinée. »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com