Dans l’émission Cartes sur Table de ce lundi 17 janvier 2022 sur Ndimba (100.1), le président de la Nouvelle Génération Politique (NGP), est revenu sur la polémique liée à la question du porte-parolat du Collectif des Partis Politiques (CPP) mais aussi la rencontre entre le président de la Transition et les acteurs politiques.

Pour le président de la Nouvelle Génération Politique (NGP), Badra Koné, le porte-parolat n’est pas une histoire de grands partis politiques. « Je pense que le porte-parolat ne se fait pas parce qu’on n’est pas le plus grand parti, en tout cas dans une union ou un rassemblement politique ce n’est pas fait pour ça. Si le principe devait être celui qui mobilise plus il faut lui donner la parole, le même principe voudrait qu’on dise, écoutez on ne va pas aller aux élections c’est lui le meilleur, donnons-lui le pouvoir. Mais ce n’est pas le cas. Le porte-parolat, c’est autre chose. Si on disait de trouver un porte-parole au sein de toute la classe politique guinéenne, aujourd’hui Cellou n’est pas plus éloquent que plusieurs, donc si on devait donner le porte-parolat par éloquence, je pense que Cellou n’est pas sur la liste des 10 premiers. Si on devait donner ça pour l’âge, Cellou n’est pas le doyen et si on devrait donner ça pour le fait que c’est lui qui a le plus grand parti de la République, c’est en même temps accepter le fait qu’on ne doit pas compétir avec lui on lui laisse le terrain et on vient l’accompagner et c’est le prochain président de la république, ce n’est pas le cas », indique Badra Koné. D’ailleurs, Badra pense que Cellou porte-parole revient à appeler le CPP: Cellou Porte Parole.

Se prononçant sur la rencontre entre le Président de la transition et la classe politique, le week-end, Badra Koné précise : « Ce qu’il faut savoir quand on est arrivé au Palais ils nous ont dit, c’est pour la présentation des vœux. Pour la présentation des vœux, nous avons compris le discours du président mais comme vous le savez nous avons écouté tout ce que nous avons déjà entendu. Il n’y avait pas de nouveauté dans ce qu’il avait l’habitude de dire ou du moins ce qu’il a dit. On s’attendait à plus mais qu’à cela ne tienne nous allons tirer les leçons, la classe politique doit se retrouver le plutôt pour échanger et je pense que ça sera dans les prochains jours », a-t-il dit.

« Vous savez, le CNRD est venu à la tête d’une République où les gens étaient tellement déçus au point d’applaudir un coup d’état ; cette déception laisse les gens à attendre les soirs les décrets. On pense que c’est les décrets qui règlent les problèmes du pays », a-t-il ajouté.

Thierno Abdoul Barry pour Guinee7.com