De l’est à l’ouest, du sud au nord de la localisation géographique guinéenne, la logique voudrait que le dernier guinéen  se sente sur chaque nanomètre cube de la superficie guinéenne  comme  il se sent  dans sa propre maison. La même logique voudrait que le premier guinéen,  le Président de la République,  soit le plus concerné par cette acceptation familiale guinéenne. Mieux, il a l’obligation morale du père de famille vis à vis de chaque famille guinéenne.

En réalité, j’ai été plus que surpris de voir les multiples interprétations et réactions enfantées par cette visite de prière du vendredi 20 du Président Alpha Condé à la Grande Mosquée de Bambeto. A la lecture de toutes les observations, de nombreuses questions se bousculaient dans ma tête, dont les plus saillantes sont: La visite d’un Chef d’Etat dans une des localités de la République sort-elle de l’ordinaire ? Un Chef d’Etat  n’a-t-il pas le droit d’aller en temps normal où et quand il veut sur chaque nanomètre cube du  rayon de la République ? Existe-t-il une carte géographique de la  République de Guinée segmentée en fonction des partis politiques?

La Guinée est comme une ligne droite et les partis politiques comme quelques segments de cette ligne droite, n’inversons donc pas les rôles car en aucun  cas et sous aucune forme imaginaire nous ne devons accepter de segmenter la Guinée pour des considérations politiques. Une droite  est  un ensemble de points continus donc la Guinée doit être continue, unie et indivisible. Un segment est une portion de droite limitée, comme pour dire que les partis politiques auront toujours une limite imposée sur eux-mêmes. Un parti politique est une partie de l’Etat et un Etat est un prolongement d’un parti politique. Dans ce sens, moi je dis non à une République où tous se prennent pour maîtres et chacun tyrannise les autres et oui à une République où l’on observe les lois non par crainte mais par passion.

Autant une mouvance ne doit considérer la visite d’un Chef de l’Etat dans une localité donnée comme une victoire sur l’opposition, autant une opposition ne doit considérée une telle visite comme une provocation ou un fait qui sort de l’ordinaire. Il est bien beau et bien normal que certains quartiers contrairement à d’autres soient acquis à la cause d’un parti politique donné, comme on n’aime le dire “fief”, mais cela ne veut pas dire que la visite d’un Chef d’Etat dans une localité donnée doit souffrir de l’extraordinaire. Le président de la République n’est pas un parti politique, il est une institution. Il est l’incarnation vivante de la Guinée en qui chaque guinéen  interne et externe se reconnait et se mire.

A mon avis, dire ou penser que la visite d’un Chef de l’Etat dans une localité  relevant de la République sort de l’ordinaire ou doit souffrir de quelques considérations, c’est dire ou penser que cette localité sort de la République. La continuité de la République implique la continuité des quartiers. Un quartier est égal à un autre quartier, aucun quartier n’est juridiquement supérieur à l’autre ou n’est un domaine réservé à une mouvance encore moins à une opposition.  Refusons donc de poser des actes qui vont pousser les uns et les autres à penser qu’un quartier peut être une République dans une République. Dans une République, une localité est égale à une autre. L’idée de segmentation d’une République ne profitera qu’à la division et aux divisionnistes.

Pour finir je pense et dis ceci : L’une des meilleures manières de réussir le pari de la République est d’être sur une  droite continue et non dans les portions de segments discontinus.

Pr. Guillaume Hawing, Conférencier d’Honneur       

 

Publicités

Laisser un commentaire