Le  Collectif des victimes de la Banque Africaine de Développement Agricole (BADAM) menace de descendre dans la rue si ses membres ne sont pas remboursés.

C’est ce qu’ils ont annoncé lundi 18 novembre lors d’un point de presse à Coléah. Ainsi à travers une motion d’alerte, le président des victimes de la Badam, Moussa Sacko, opérateur économique, considère que ce ‘‘détournement’’ à un caractère crapuleux et révoltant. Et de révéler : ‘‘Tous les opérateurs économiques titulaires de comptes au niveau de cette banque revendiquent le remboursement intégral et sans délai de la somme de trente-six milliards de GNF. Plus de dix mille opérateurs sont concernés par ce détournement inacceptable qui a causé la mort prématurée de plusieurs personnes.’’

M. Sacko a rappelé que les auteurs de ce délit ont été condamnés à des peines de prison et ‘‘par la décision numéro 025 du 21 mars 2012, le tribunal de première instance de Kaloum a condamné la BCRG, la BADAM et l’Etat guinéen au remboursement l’intégral des sommes détournées, à payer des dommages et intérêts, pour certains cas’’.

Il ajoute : ‘‘pour le cas de Plan Africa Holding Guinée, cette société de droit guinéen a déposé 111kg d’or que la BADAM a vendus à l’extérieur sans transférer le montant de la vente au compte de cette société ouverte  à ses guichets. Et depuis mai 2013, les victimes ont frappé a toutes les portes sans succès.’’

                                              El Hadj M. Diallo