Le top départ du Brevet d’étude de premier cycle, session 2020, dans la commune de Matoto, a été donné ce mardi dans les locaux du lycée Léopold Sedar Senghor de Yimbaya, par le maire Mamadouba Toss Camara et sa délégation.

Selon Daouda Doumbouya, DCE de Matoto, sa commune compte « 22 242 candidats, dont 10 653 filles, répartis dans 52 centres pour 1653 surveillants». Dans ce centre qui accueille d’après son proviseur, Amara Balato Keita, « 714 candidats répartis dans 23 salles », les mesures barrières sont respectées à la lettre. Chaque salle est munie d’un kit de lavage des mains et pas d’accès aux salles sans masques.

Issa Kouyaté, proviseur du Lycée 2 de Lambangni, délégué national du BEPC dans la commune de Matoto, a apprécié la présence du maire de la commune de Matoto dans son centre et assuré du bon déroulement de l’examen.

S’apprêtant à lancer les épreuves, Mamadouba Toss a dit toute sa confiance quant au bon déroulement des examens dans sa commune. « Nous leur demandons d’affronter les épreuves avec beaucoup de sérénité. Le choix du centre n’est pas un choix fortuit. Et nous demandons jusqu’à la fin des examens que le choix qu’on a fait du centre se reflète sur le bon déroulement des examens. Le DCE que je connais, a été mon maître d’école, depuis l’école primaire. Et depuis ce jour, il garde la même sérénité. Je pense que le lycée Senghor, mais aussi tous les 50 centres vont observer le même calme, la sérénité et que les enfants abordent les sujets dans les meilleures conditions», a-t-il dit.

« Vous le savez tous que nous traversons une période pandémique. Nous leur demandons de respecter les mesures barrières avant d’accéder aux salles. Et au délégué qui est le super patron du centre, avec toute indépendance de ne tolérer personne. De faire en sorte que celui qui aura son examen, soit fier de son résultat. Et je prie le bon Dieu que cette fois-ci qu’il y ait beaucoup d’admis dans la commune de Matoto. Parce que la charité bien ordonnée commence par soi-même », a laissé entendre le patron de la commune de Matoto.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com