L’école primaire Hadja Aicha Bah a abrité ce lundi, le lancement officiel des épreuves du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) pour la commune de Matoto.

Pour cette session, la plus grande commune de la capitale guinéenne regroupe 27 160 candidats dont 13 117 filles, répartis dans 66 centres.

« Le mérite du candidat », est le maître mot des autorités éducatives, comme nous l’a exprimé, Daouda Doumbouya, directeur communal de l’éducation de ladite commune. « Au niveau de Matoto, il y a 27 160 candidats dont 13 117 filles repartis entre 66 centres. D’une manière générale, nous avons positionné 905 pour abriter ces candidats. Nous voulons qu’on agisse en bon Guinéen. Nous voulons qu’au rendez-vous des valeurs, que le Guinéen s’affirme à tout moment. C’est dans cette logique que nous avons reçu des instructions de la part de l’État de façon générale, mais aussi à travers notre ministre de l’éducation qui voudrait que cette année, l’examen exprime le vrai mérite des candidats », a-t-il confié.

Lançant les épreuves, l’honorable Mamady Sidibé 1er vice-président de la commission éducation de l’assemblée nationale a demandé aux candidats, « de travailler dans la sérénité, d’avoir confiance en eux-mêmes et d’éviter tout ce qui peut compromettre la validité de leur candidature. Tout ce qui peut porter atteinte à leur propre dignité en tentant de frauder ».

« Nous avons demandé aux surveillants de travailler dans la légalité, de ne faire du tort à aucun candidat et de n’aider personne. De travailler conformément aux règlements généraux qui régissent les examens. Donc chaque surveillant a été invité à avoir un comportement responsable dans la salle vis à vis des candidats, vis à vis de la gestion des épreuves. Nous pensons donc, avec ces conseils donnés, au centre Hadja Aïcha Bah, le BEPC va se dérouler sans fausse note », a-t-il espéré.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com