Les plus agiles d’esprit se souviennent encore du discours du président de la République, Alpha Condé, lors de la Fête des femmes, le 8 mars dernier, où il avait fermement déclaré de mettre en place désormais un gouvernement et des ministres proches et à l’écoute du peuple. Il est vraisemblable que le moment est arrivé pour ces derniers de montrer ce qu’ils valent en matière de proximité avec les populations.

Certains cadres commencent déjà à en faire les frais ; car durant ces derniers voyages, notamment il y a quelques jours avec Jean Marc Teliano pour la lecture de son discours. A Boffa, ce vendredi 30 novembre, le Président de la république, a réitéré l’exercice, en déléguant deux autres hauts cadres, Fatou Aribot et le ministre des Investissements et Partenariat public-privé, Gabriel Curtis, pour s’adresser à sa place à la population, lors de l’inauguration de la mine de Bel-Air, exécutée par la société Bel-Air Mining, filiale de Alufer Mining.

Mais il faut dire que pour le deuxième qui se réclame pourtant de cette préfecture, la tâche a été rude en soussou, langue dans laquelle il a voulu s’exprimer. Il a, à plusieurs endroits, buté et a été obligé de se reprendre, en voulant donner des conseils aux habitants de cette localité.

A ce rythme, les cadres n’ont qu’à vraiment se préparer, vu que le choix présidentiel peut tomber sur chacun d’entre eux et n’importe où.

 Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com