Cellou Dalein Diallo et ses partisans ne pardonneront jamais à Faya Bourouno, du parti de Lansana Kouyaté, d’avoir mis sur la place publique cette affaire de budget de 5 milliards annuels alloués au chef de file de l’opposition. Pendant que Ousmane Gaoual, député et conseiller politique de Dalein, se bat comme un beau lion pour ‘‘déminer’’ l’affaire, certains, de bonne foi peut-être, lui viennent en secours, en nous servant une véritable ratatouille.
Quel est le plat du jour ? Un document largement partagé sur les réseaux sociaux qui témoigne de la légalité du processus qui a abouti au décaissement de la première partie du fonds. Seulement voilà. Ce document serait faux.

C’est en tout cas l’avis de l’honorable Baidy Aribot, très présent sur les réseaux sociaux, qui estime que ‘‘c’est du faux et usage de faux’’.

Le député de l’UFR, sur Facebook, attire l’attention : ‘‘Lisez les préalables de ce document. Sans numéro et référence. Sans date de passage devant une plénière. Ce sont des manœuvres pour sauver le soldat Cellou. C’est un document élaboré par le pouvoir pour sauver le soldat Cellou. Et puis dans leur précipitation on met une date (8 septembre 2015, NDLR) où l’Assemblée nationale était hors session.’’

Et de s’interroger : ‘’Et pourquoi pendant tout ce temps. Ils n’ont pas sorti ce document sauf aujourd’hui ?’’

Baidy qui est apparemment outré par cette affaire, précise que ‘‘la résolution doit être votée par les députés. Ce n’est pas une résolution confuse signée par le président de l’Assemblée nationale qui engage toute l’Assemblée nationale’’.

Enfin il relève le fait que la résolution dont fait allusion le document ‘‘ne parle même pas du budget du chef de file. Ce document renvoie le problème du budget à une concertation entre le bureau de l’Assemblée et le ministère du Budget. Jamais en tant que membre du bureau, il n’a (été) une concertation pareille’’.

Dans les débats, Mohamed Mara, journaliste, juriste de formation, enfonce le clou. ‘‘La date indiquée montre même qu’il s’agit d’un faux document. Bien plus, il n’appartient pas au bureau de l’AN (Assemblée Nationale, NDLR) de voter une résolution. Exceptionnellement la commission des délégations. Art 43 RI (Règlement intérieur, NDLR). Le problème est que ce n’est ni la plénière ni cette commission qui a voté cette fameuse résolution. D’ailleurs le cosignataire du document n’est pas membre de cette commission non plus. Alors pourquoi produire un tel document sachant bien qu’il n’a aucune valeur juridique ? Il suffirait juste de soumettre un projet de résolution aux députés qui sont en session en ce moment’’, estime Mohamed Mara.

Comme on peut le constater du scandale politico-financier, l’affaire du budget alloué à Cellou Dalein comme chef de file de l’opposition glisse vers un délit de droit commun : Faux et usage de faux. En tout cas à en croire certains commentaires.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Publicités

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire