Les bulldozers sont entrés en action ce 01er janvier au quartier Camayenne, situé dans la commune de Dixinn. Plusieurs maisons ont été réduites en poussière. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la récupération des domaines de l’Etat, engagée par le CNRD.

Ce mardi 3 janvier, une des victimes des casses a révélé à notre rédaction que son père habitait la zone depuis 30 ans en tant que fonctionnaire de l’État et que ce dernier payait la location au patrimoine bâti public.

« Moi j’aurais voulu qu’on agisse de façon correcte, quand vous laissez les gens dans des maisons 30 ans durant et qu’ils payent cette maison », a lancé Moussa Fofana, un des fils d’une famille victime du déguerpissement en signifiant que durant les 30 ans l’État n’est jamais venu pour rénover leur maison.

Selon lui, « on n’a pas spolié, ils savent qu’on a payé jusqu’au mois de décembre (2022). On a les reçus que les gens là nous ont donné, le service du patrimoine bâti, ils ont pris le loyer du mois de décembre et puis ils viennent te menacer de sortir d’ici le 25 (décembre). Si tu sais que tu veux reprendre ta maison, il y’a un contrat qui nous lie et dans ce contrat il est stipulé que quand tu veux mettre quelqu’un dehors c’est trois mois de délai avant de les sortir. Mais qu’on nous prenne même le mois de décembre, pourquoi ? Et on nous sort le 31 décembre, pourquoi ? Moi je ne vais pas demander que quelqu’un soit gentil avec moi mais qu’il soit juste. Partout on casse les maisons mais on ne vide pas les gens dans la rue, on ne les met jamais dans la rue, on les cherche un autre endroit ils vont là-bas et puis on casse ici ».

Bhoye Barry pour guinee7.com