La Coupe d’Afrique des Nations débute dans quelques jours. Et à cet effet, chacune des équipes sait désormais quelles sont ses ambitions et quoi espérer de la compétition. La Guinée, elle, figure parmi les outsiders de luxe. Un pays de football où on rencontre des amateurs de paris sportif. Bien qu’elle soit loin l’époque de Pascal Feindouno, les hommes de Paul Put auront pour objectif de réaliser une très belle compétition et s’arrêter le plus loin possible. Que retenir des précédentes participations du Sily national et que pouvons-nous espérer d’eux à cette CAN ?

Soixante-huitième nation au dernier classement FIFA, la Guinée est aux portes des dix meilleures nations d’Afrique. Le résultat d’une progression lente mais effective, qui les voit se préparer à leur douzième participation pour  la plus prestigieuse fête du football africain. Logé dans le groupe H pour les éliminatoires en compagnie de la Côte d’Ivoire, de la Centrafrique et du Rwanda, les partenaires de Naby Kéita ont assuré l’essentiel en s’offrant un des deux billets du groupe qualificatif pour le voyage en Égypte. Pour la phase finale de la compétition qui débute bientôt, les hommes de Paul Put se retrouvent bien placés dans le groupe B en compagnie du Madagascar, du Burundi et du Nigéria. Un tirage plutôt favorable quand on connaît le niveau et la force collective de cette équipe.

CAN 1976, un exploit à rééditer !

En évoluant au fil des compétitions, les hommes de Paul Put ont pu se faire, habitués du rendez-vous. En témoigne une nouvelle participation, la douzième de leur histoire. Un nombre impressionnant dans le sillage des plus grandes équipes du continent même si les résultats ne s’en suivent pas toujours.  Après plein de tours préliminaires et deux éliminations au premier tour (1970 et 1974), la Guinée connait deux ans plus tard, en 1976, l’un des plus grands moments de l’histoire de son équipe nationale : une finale de coupe d’Afrique des nations perdue malheureusement mais qui est à ce jour reste  leur meilleur parcours dans la compétition.  Après avoir dompté dans son groupe l’Égypte, l’Ouganda ou l’Éthiopie à l’époque, la Guinée s’est offert une deuxième place au tour final en compagnie de L’Égypte, du Maroc et du Nigéria. Après cela, gros passage à vide pour la sélection avec seulement deux petites phases finales depuis 1976 à 2002. La FIFA décide cette année-là d’annuler simplement les résultats du Onze guinéen et de les disqualifier pour interférence politique. Une décision dure et sévère qui aura pourtant permis la reconstruction de l’équipe et de nouveaux résultats. Les guinéens enchaînent successivement trois quarts de finale (2004,2006 et 2008) ceci correspond à leur meilleur résultat en dehors de 1976. C’est  la période avec Pascal Feidouno dans les rangs. En 2004 d’abord, après avoir fini second du groupe derrière la Tunisie mais devant le Rwanda et la Rd Congo, le Sily est éliminé en quarts de finale par le Mali malgré l’ouverture du score dans cette rencontre par Pascal Feidouno. Bis répétita avec une nouvelle désillusion en quarts de finals deux ans plus tard face au Sénégal (2-3).  En 2008, pour le troisième quart de finale de son histoire, la Guinée subit la plus lourde correction de son histoire (5-0) face aux éléphants de la Côte d’Ivoire. Un retour en période de disette est à noter après ce revers historique qui dura jusqu’à 2015. Dans un groupe compliqué avec la Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Mali, la Guinée arrive à égalité parfaite avec le Mali et s’est vu qualifié par tirage au sort spécial. La Guinée s’impose par la suite contre le Ghana (0-3), le dernier grand résultat connu à ce jour.

Une nouvelle génération motivée avec Naby Keita !

Pour cette nouvelle phase finale, le Sily pourra compter sur un effectif de joueurs individuels motivés pour tenter de faire, ne serait-ce, aussi mieux que 1976. Pour y parvenir, il faudra également compter sur les forces individuelles de la sélection. Parmi celles-ci, figure notamment Naby Kéita. Le milieu de terrain des Reds, champion d’Europe cette saison est la pièce centrale de l’effectif guinéen. Bien que incertain suite à une blessure contractée depuis les demi-finales de ligue des champions, il est inconcevable pour le peuple Guinée de se rendre en Égypte sans sa star. L’attaquant de l’AJ Auxerre Mohamed Yattara ou encore François Kamano sont deux joueurs également importants de la sélection qui auront forcément à apporter leur expérience à un moment ou un autre du voyage égyptien. Bien au-delà de ses individualités, le Sily aura besoin de son collectif pour espérer survivre dans cette compétition. L’esprit tactique et fédérateur de Paul Put sera sollicité pour y parvenir.

Actuellement en préparation comme toutes les nations qualifiées, la Guinée disputera trois rencontres amicales contre la Gambie, le Bénin et l’Égypte. Cap sera ensuite mis sur Égypte 2019 pour espérer réaliser une très belle compétition. On le leur souhaite en tout cas.

Publicités

Laisser un commentaire