Si on me demandera la définition géométrique de la vie et de ce que je pense des hommes : je répondrai que la vie est pyramidale,  les hommes sont égaux différents et pour finir  j’ajouterai que si l’homme est fait à l’image de DIEU alors l’homme est un dieu pour l’homme. Les hommes sont égaux biologiquement et différents dans l’hiérarchisation pyramidale sociale de la vie.

Cette hiérarchisation pyramidale sociale  est ce  qui pimente la vie et qui fait d’elle, depuis la nuit des temps, une lutte des classes.

Dans cette hiérarchisation pyramidale, on trouve les hommes de toutes les classes sociales, d’où le célèbre proverbe des sages : «  ce sont les oiseaux de même espèce qui volent ensemble ». Sauf qu’à mon avis, il y a toujours un oiseau d’espèce unique, se trouvant au sommet de la pyramide, au dessus de tous, volant seul. Cet oiseau est un oiseau rare, il s’appelle Chef.

Tous veulent être à la place de cet oiseau à vol unique, chose qui est normale, mais cependant il y a des préalables :
Cet oiseau doit avoir un passé acceptable et être un rassembleur vis-à-vis des oiseaux au bas de l’échelle pyramidale.

Avoir un passé acceptable n’est qu’une équation du nouveau né dont même le plus nul en mathématique sur terre peut trouver la valeur exacte de l’inconnue x, car l’histoire est têtue et le rattrapage du passé est une certitude mathématique.

Cependant être un rassembleur, est un domaine réservé  car il nécessite une  parfaite harmonisation entre :
1)Ce que l’on dit ;
2)Ce que l’on fait ;
3)Ce que l’on aime ;
4)Ce que la providence impose sur nous.

Un homme, qui à un moment difficile de sa vie, dit à ses inconditionnels prêts à mourir pour sa cause  «  ne réagissez pas car je ne souhaite pas venir gouverner les cadavres » est un homme qui préfère les hommes au pouvoir, et qui de facto, entre à cout sure dans l’histoire des rassembleurs.

Un homme qui fait déplacer une fête d’indépendance à tous les quatre coins  du pays, est un homme qui montre aux autres qu’ils ont une histoire commune et qu’ils doivent partager les joies communes et pleurer ensemble des malheurs.

Un homme qui a choisi la couleur jaune, l’une des couleurs de la fierté nationale, couleur centrale, unissant le rouge et le vert. Couleur touchant en même temps le rouge et le vert parce que étant au milieu donc liant le rouge et le vert, est un homme qui a compris la force de l’union dans ses plus petits détails. Comme le jaune est le centre d’équilibre des couleurs guinéennes, un homme qui a  choisi cette couleur lors de la conquête du pouvoir est un homme qui  décide d’être le centre d’équilibre pour son peuple comme le jaune l’est pour le rouge et le vert.

Un homme qui a pour prénom et nom composés chacun de 5 lettres et dont la somme les lettres donne 10. Or 10=1+0=1, est un unificateur. Le chiffre 1 est le chiffre du créateur, de l’unicité. C’est le chiffre des hommes qui ne jurent qu’à la devise de l’unification, de l’unité (Tous pour un, un pour tous). Le chiffre 1 est le chiffre des hommes qui veulent faire de leur peuple, un peuple uni et indivisible.

Un homme dont la somme des chiffres de l’année de naissance donne 21 (1938=1+9+3+8=21) et dont le jour d’investiture correspond au même  nombre 21 (21 décembre 2010), est un homme fait pour être au devant de la scène et pour redonner l’espoir perdu. Le nombre 21 est le nombre de la plus grande puissance du monde, les  U.S.A. En effet, la somme des chiffres de l’année d’indépendance des U.S.A donne 21. Indépendant en 1776, or  1776=1+7+7+6=21.
Par ailleurs, 21 est le produit des chiffres : 1 ; 3 et 7. (21=1*3*7)  Or dans la sociologie des chiffres :
1 est le chiffre du créateur ; 3 le chiffre de la pyramide (l’oiseau qui vole au dessus de tous) et 7 le chiffre de la perfection, de la science donc de la connaissance.

Cette analyse, loin d’être une simple coïncidence pour l’actuel homme fort du pays est une synchronicité. Lorsqu’un volume de coïncidence va dans le même sens on parle de synchronicité, or la synchronicité est une science exacte, une certitude mathématique. Une science qui est au dessus de notre imagination la plus folle.

Pour finir je dis ceci, il est bon de croire et de rester fidèle à son objectif, mais il est meilleur d’ouvrir sa porte et d’accueillir la vérité du moment, sinon cette vérité restera dehors et nous vivrons dans le mensonge. Puisqu’on ne peut changer la direction du vent, apprenons alors à orienter les voiles.

Guillaume Hawing, chercheur 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici