Ousmane Gaoual Diallo, patron de la Communication de l’UFDG, a expliqué comment son parti a procédé pour déclarer son candidat, Cellou Dalein Diallo, vainqueur de la présidentielle. « Nous avons eu les validations de près de 80% (de PV) et vu que les 20% qui restaient ne pouvaient pas modifier le résultat même s’ils allaient pour un seul candidat, Alpha Condé, nous étions fondés sur la base de ces résultats issus des bureaux de vote dont plus de 70% étaient validés sur PV. On a reçu à peu près 80% des procès-verbaux. La seule région administrative qui a refusé systématiquement de nous remettre les procès-verbaux, c’est la région de Kankan : Les préfectures de Siguiri, Kouroussa, Mandiana, Kérouané et Kankan. Ils ont refusé systématiquement de nous remettre les PV. Sur cette question je dois quand même rappeler, au regard de l’arrêt de la cour constitutionnelle, qui donnait injonction à la CENI qu’elle avait l’obligation de donner un procès-verbal de bureau de vote à chaque candidat. Une disposition qui n’a pas été systématiquement faite. Pour tout le reste, nous avons des procès-verbaux clairs, avec un contenu clair qui a été remis au bureau de vote. Et c’est sur la base de ces procès-verbaux que nous avons la totalisation des 80% des bureaux de vote. Et du coup, c’est sur ces chiffres que nous nous sommes fondés pour annoncer notre victoire qui ne souffre d’aucune contestation », a expliqué Ousmane Gaoual qui, à bien des égards, minimise le fait que la région de Kankan largement acquise à Alpha Condé, à elle seule, totalise 22% de l’électorat guinéen.

Par ailleurs, chez nos confrères de 2S Tv, chaine sénégalaise, Cellou Dalein himself dit avoir remporté la présidentielle avec 53% contre 44% pour Alpha Condé.

Ce qui donnerait à eux deux, 97% des suffrages exprimés. Les dix autres candidats se partageraient les 3% restants. Ce qui, aux yeux des exégètes de la politique guinéenne, serait surréaliste.  

Par Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com