Une délégation de la CEDEAO conduite selon de nombreuses sources par Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, président de la République du Ghana, président en exercice de la Conférence des chefs d’états de l’organisation sous-régionale est attendue à Conakry, ce vendredi 17 septembre, à partir de 10 heures locales. La délégation vient sans doute faire connaitre à la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, les décisions des chefs d’Etats prises jeudi 16 septembre. Décisions qui, à bien des égards, feront prendre une douche froide au colonel et ses camarades.

En effet, l’organisation sous régionale, sans surprise, maintien la suspension de la Guinée de toutes ses instances, jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel. Non sans exiger « la tenue, dans un délai de six mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel ». Mais aussi « la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ».

Pour le CNDR qui semblait avoir au moins deux ans de transition -l’ancien chef de la transition, Gal Sékouba Konaté propose jusqu’à 5 ans de transition- et pensait avoir convaincu la CEDEAO du bien fondé de son putsch, ces décisions ne sont pas de nature à le mettre à l’aise. Lire ci-dessous l’intégralité de la décision des chefs d’états de la CEDEAO.

FR Communiqué Final Sommet 16 septembre Situation en Guinée_210916_214413