Après la condamnation de Doussou Condé, une militante dissidente du RPG Arc-en-ciel, par le tribunal de première instance de Dixinn, ce jeudi 24 janvier,  pour diffamation par voie de presse, Damantang Albert Camara, le plaignant, se dit satisfait du verdict rendu par le juge.

Pour lui, ce jugement est un signal fort envoyé à toute personne qui tenterait de souiller l’image d’une personnalité par voix de presse.

« C’est juste un message qui est ainsi envoyé à tous ceux qui s’adonnent à des entreprises de destruction de la personnalité, de la réputation des gens, par voix de presse, et tout simplement parce qu’ils ont la chance d’avoir accès à des medias. C’est très symbolique ; il est toujours plus facile de construire que de détruire, ce qui prend quelques secondes pour porter atteinte à la réputation de quelqu’un, prend des mois à être réparé, parce qu’à partir du moment où la requête a été introduite et maintenant, il s’est passé plusieurs mois. Toujours est-il que, le plus important, c’est que ceux qui écoutent les radios, qui aiment le sensationnel, et qui aiment ouvrir leurs micros à des personnes qui, comme elles, veulent, quand elles veulent et envers qui elles veulent, se permettre de lancer des accusations gratuites, sans apporter la moindre preuve ; qu’ils soient sensibilisés à ce qu’il faut faire le tri entre ce qui est de manière gratuite et la réalité des choses. Je pense que c’est ce que le tribunal a démontré aujourd’hui, et pour moi, c’est largement suffisant », a fait savoir Damantang Albert Camara, ancien ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire