C’est dans l’espace de Coworking Toogueda à Conakry, que l’équipe d’organisation du Salon des entrepreneurs de Guinée (SADEN), a lancé ce samedi 12 septembre, la 3ème saison du Focus SADEN.

Organisé en prélude de la 3ème édition du Salon des entrepreneurs (SADEN), ce rendez-vous va se tenir une fois par mois, jusqu’à l’ouverture du SADEN 2021.

Ce numéro de lancement, a permis à de jeunes entrepreneurs ou désireux d’entreprendre, d’échanger et de découvrir la vie d’entrepreneur, avec les porteurs des projets Yalan et Imata. Il a été également question pour ces jeunes de savoir les ficelles à tirer pour sortir leurs entreprises de la crise de COVID 19, à travers une conférence animée par Ibrahima Kobélé Keita.

Vice-présidente du SADEN, Salematou Sacko a donné le contexte de l’événement : « Le focus SADEN est une des activités du Salon des entrepreneurs de Guinée (SADEN). Et l’idée, c’est qu’en plus d’un petit groupe, on réunit des startups, les très petites entreprises, les PME également, pour mettre à disposition l’information. Parce qu’avoir l’accès à l’information, surtout pour une startup, c’est important. Ce premier numéro focus était également autour du COVID. Comment réadapter son entreprise et son activité en période COVID ou post-COVID ? » 

Salématou Sacko

En ce qui concerne les moyens utilisés pour arriver aux objectifs cités plus haut, elle a indiqué: « On invite des experts dans différents domaines, sur différents sujets, afin qu’ils puissent partager leurs expériences. Qu’ils puissent mettre à disposition de nos startups guinéennes, de nos petites entreprises, l’information pour leur permettre d’avancer. »

Enfin, elle a remercié les partenaires qui sont : La bourse de sous-traitance et de partenariats et Enabel.

Après avoir présenté le projet Imata, Bangoura Fodé Momo, l’un des lauréats de la compétition Social Entrepreuship, a fait savoir ce qu’il a conseillé aux participants. « Je leur ai dit Do It ! Parce qu’il n’y a pas un autre conseil en entrepreneuriat que ça. Si vous avez une idée, faites-le. Outrepassez vos peurs ; outrepassez toutes les contraintes qui peuvent être là. Et faites le juste », nous a-t-il confié.

Avant d’expliquer: « vous savez, on est dans un monde capitaliste. L’économie ne va pas s’arrêter. Il y a la COVID-19, mais elle ne s’arrêtera pas pour autant. Donc il nous faut des solutions qui nous permettent de composer avec la pandémie. Et Imata est l’une des solutions qui puissent permettre de faire respecter la distanciation sociale. »

Après avoir suivi toutes ces informations, Kadiatou Diallo, étudiante, se dit prête à entreprendre. « Ça été une belle expérience pour moi. Avec les intervenants, j’ai désormais une idée sur comment entreprendre, parce que je suis jeune. Et j’espère entreprendre un jour. Donc j’ai tiré beaucoup de leçons. Je suis assez motivée pour me lancer dans l’entreprenariat », a-t-elle déclaré.

Partenaire du SADEN, Ibrahima Sory Diallo, au compte d’Enabel, a mis à nu la convergence d’idée qui les pousse à accompagner le SADEN : « Le projet entreprenariat urbain d’Enabel a pour objectif de renforcer les performances techniques, sociales et économiques des entreprises sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou. Donc un projet qui s’étale jusqu’à 2023. Nous appuyons à la fois les entreprises, mais aussi les structures d’appui aux entreprises, telle que la BSTP, SADEN. »

Ibrahima Kobélé Keita a, lui, face aux participants, apprécié les échanges qui, d’après lui, ont été « très fructueux ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.