Joint par notre rédaction ce jeudi 28 mai, l’honorable Souleymane Keita de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale, nous a dit ce qu’il pense des accusations de falsification de textes.

Pour le député, son parti n’a aucun intérêt à faire ce qu’on lui reproche. « Vous savez, je crois que ce sont ces spéculations qui sont devenues le sport de l’opposition à travers ses embranchements à la fois dans les organisations satellites qui sont mises en place à cet effet. Moi j’ai lu ça dans la presse comme tout le monde ; ou on parle de falsifier. Mais écoutez, on a quel intérêt à falsifier un texte constitutionnel ? Il y a un texte qui a été proposé par le président de la République, et soumis à referendum. Un premier jet a été fait autour duquel les différentes entités qui sont rentrées en possession ont donné leurs avis, ont fait des propositions, des réserves, des amendements, qui sont ensuite revenus à la commission d’experts mise en place à cet effet pour le travail. Je crois que la seule institution qui peut parler de falsification de texte, c’est bien la cour constitutionnelle, qui en a reçu la dernière mouture. Masi il n’appartient pas à un avocat, qui s’est suffisamment illustré aux côtés du FNDC de faire un jugement de valeur. Moi je ne prends pas en compte cet écrit », a-t-il dit.

Et de poursuivre: « De l’autre côté, quel intérêt la mouvance présidentielle a, à se rendre coupable ou alors à s’associer à un tel exercice ? Vous comprendrez que nous avons battu campagne pour la mise en place d’une nouvelle constitution, selon les motivations que nous avons suffisamment expliquées. Si on a besoin de quoi que ce soit, on le met là-dedans de manière transparente et on discute là-dessus. L’article dont il est question, ne figure pas certes dans la constitution qui a été publiée dans le journal officiel de la République, mais, il faut se rendre à l’évidence que le texte définitif qui a été soumis à referendum, seule la cour constitutionnelle peut nous dire c’est quoi. »

« Maintenant que le ministre de la Justice a fait une sortie officielle, ou il a expliqué que ses services sont à pied d’œuvre pour essayer de faire des vérifications, bien entendu, on attend les résultats de cela. Du reste, nous on a aucun intérêt encore une fois, à participer à une telle démarche. Mais par contre celui qui l’a dit, on le sait tous qu’il a battu campagne auprès du FNDC pour empêcher la tenue du referendum. Donc, moi, je n’apporte aucun crédit à son écrit », a conclu ce membre du parti au pouvoir.  

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

Publicités