La direction générale et les cadres de l’agence nationale de financement des collectivités locales (ANAFIC) étaient face à la presse ce jeudi 29 décembre, pour faire le bilan des activités menées dans le cadre de leur mission, qui consiste à améliorer les conditions de vie des populations dans les collectivités.

Dans son exposé, Sékou Mawa Touré, a listé les actions menées courant l’année 2022, dans le cadre des trois fonds, dont : le fond national de développement local (FNDL); le fond de développement économique local (FODEL) et le fond de développement des communes de Conakry (FODECCON), tous gérés par l’ANAFIC.

« Nous avons préparé le programme de travail annuel, lequel travail a été bâti sur la base d’un certain nombre d’axes. Il s’agit principalement des opérations d’achèvement des micros projets que nous avons entamés en 2021 qui n’avaient été achevés… Il était prévu le financement de 703 microprojets, qui avaient été entamés avant les évènements du 05 Septembre et nous avons continué cet accompagnement des collectivités à travers le transfert des ressources. A date, je voudrais vous préciser que 313 communes sur 362 ont eu leurs comptes dégelés et sur cette base, nous avons procédé au transfert des ressources au niveau des collectivités dont les comptes ont été dégelés. Une autre actualité que vous connaissez très bien, c’est le cas des agents de développement local, il y en a 356, à date, ils sont tous évalués. Normalement, à partir de janvier, ils doivent pouvoir commencer les actions dans les collectivités locales… » a énuméré Sékou Mawa Touré, dans le cadre du FNDL.

Avant de lister pour le compte des deux autres fonds, d’autres actions menées ou en cours. « Nous avons eu à mener des missions de supervision et d’appui dans les collectivités comme toute entité, il ne s’agit pas de transférer les ressources aux collectivités, qui est une très bonne chose, puisqu’il s’agit de la finalité. Mais il faut aussi s’assurer que les ressources qui sont transférées sont entrain d’être bien gérées. Nous sommes entrain d’actualiser les différents textes qui régissent l’abonnement, l’allocation et la gestion du FODEL. Dans la cadre du FODECCON, nous avons effectué des réunions au niveau des communes; nous avons été à Matam, à Matoto, à Ratoma aussi. Je pense que les autres communes nous ont écrit, on devait être à Dixinn et à Kaloum. A travers des lettres d’accompagnement que ces communes nous ont adressées, nous avons mis à disposition, des cadres pour pouvoir les appuyer dans l’élaboration de leurs plans de développement local. A partir de 2023, nous allons commencer le financement, de Matoto et de Matam, à travers les infrastructures ou les actions qui sont identifiées. Nous avons aussi à travers le centre national de perfectionnement formé près de 14 mille agents. C’était une formation que nous avons commencé depuis 2021… »

Enfin, le directeur général de l’ANAFIC a fait état des perspectives. « Comme objectif… la construction du siège de l’ANAFIC. En tant qu’entité de l’Etat, il est aussi bon d’aider nos compatriotes à travers la location de leurs bâtiments, parce qu’on contribue à l’économie nationale, mais en terme de souveraineté de l’Etat, il est aussi bon qu’un établissement public aussi important que l’ANAFIC soit dans un siège qui lui appartient. Nous avons prévu aussi l’accompagnement de la fonction publique locale. Monsieur le ministre a pu défendre cette loi au niveau du CNT, qui fait aujourd’hui que les collectivités peuvent gérer leurs personnels au même titre que la fonction publique au niveau national. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com