La commission de suivi du Code de bonne conduite des partis politiques en République de Guinée a rendu publique une déclaration relative à l’analyse du contexte sociopolitique actuel du pays. C’était à l’occasion d’un point de presse tenu dans la salle de Mohamed Koula Diallo de la Maison de la presse, à Coléah, ce mercredi 3 avril.

Dans cette déclaration, la commission a évoqué la situation des dernières élections législatives, suivie des installations des conseillers communaux. Elle a donc fait des recommandations aux différentes acteurs de la vie sociopolitique du pays.
En ce qui concerne l’installation des exécutifs et des conseillers communaux, la commission regrette le retard dans leur installation ; le retard dans la désignation et l’installation des conseils de quartiers et districts, comme le stipulent les articles 99 et 104 du code électoral ; le retard dans l’élection et l’installation des conseils régionaux, comme le stipulent les articles 116 et 117 du code électoral ; la nature et la qualité des opérations d’installation des exécutifs communaux a remis en cause la crédibilité des élections et la légitimité certains élus etc.

Vu toutes ces anomalies, la commission de suivi à fait des recommandations à l’Assemblée nationale et au ministère de l’Administration du territoire et la Décentralisation (MATD), afin de procéder à la réforme de la loi électorale guinéenne, avant les prochaines échéances électorales, ce, au regard des anomalies, ambiguïtés et limites constatées dans l’application du code électoral actuel.

Au MATD, aux partis politiques et aux listes indépendantes, elle recommande : de veiller à l’application des dispositions des articles 99, 100, 101, 103 et 104 du code électoral révisé de 2017, dans le processus de désignation et d’installation des membres des conseils de quartiers et districts.

Au MATD et aux conseils communaux : d’organiser les élections des conseillers régionaux et du conseil de ville pour la zone spéciale de Conakry, conformément aux dispositions des articles 115, 116 et 118 du code électoral révisé de 2017 ; diffuser à temps et respecter le chronogramme lié à l’installation des membres des conseils de quartiers et districts.

Aux partis politiques : de respecter et vulgariser le Code de bonne conduite des partis politiques signataires.
A la CENI et au MATD : de publier les résultats de l’audit du fichier électoral réalisé en 2018 ; procéder à un nouveau recensement général des électeurs, conformément aux dispositions du code électoral ; assurer le respect de la qualité et le mode de conservation des pièces justificatives des électeurs enrôlés ; organiser les élections législatives dans les plus brefs délais etc.

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 705 199

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.