« Utilisez efficacement les réseaux sociaux », c’est sous ce thème qu’une conférence débat a eu lieu, samedi 11 juin à Conakry. Elle a été organisée par l’Association des blogueurs de Guinée (ABLOGUI). Amadou Tidiane Bah, communicant était le conférencier.

Selon les organisateurs, cette conférence débat est organisée à l’occasion de la clôture du projet Idimi qu’a piloté leur structure.  Idimi est un mot qui vient de la langue kissi qui veut dire « j’ai dit » ou « j’ai parlé ».

« Nous avons jugé nécessaire de clôturer le projet Idimi en invitant monsieur Bah,  pour qu’il puisse venir partager ses expériences avec nous les jeunes sur l’utilisation efficace des réseaux sociaux parce qu’aujourd’hui nul n’a besoin de rappeler l’importance des réseaux sociaux dans notre vie de tous les jours », a déclaré Mamoudou Baro Condé, assistant chef projet Idimi.

Il a rappelé également que « l’objectif était de donner la parole aux jeunes. On est parti du constat que la jeunesse n’a pas l’occasion de s’exprimer sur les questions de problèmes liés au développement de la Guinée où il n’y a pas de cas spécifique dans lequel ils vont s’expliquer sur cette thématique ».

D’entrée de jeu, Amadou Tidiane Bah a donné des statistiques sur le nombre de Guinéens qu’utilisent les médias sociaux. « Aux derniers chiffres en janvier 2022, il y a 3,15 millions d’internautes en Guinée. Comparés à la population guinéenne qui se chiffre entre 12 et 13 millions, je pense qu’il y a un pourcentage considérable. Et parmi ces internautes, 2,40 millions utilisent les médias sociaux. Tout ce qui est Facebook, Twitter, Instagram et autres », a-t-il fait savoir tout en précisant qu’il a rappelé les chiffres pour dire aux uns et aux autres de ne pas mettre n’importe quoi sur les réseaux sociaux.

Pour lui, c’est important de remplir les champs qu’on demande en créant un compte sur les réseaux sociaux. En y mettant les vraies informations, on profitera de toute l’actualité liée à son profil.

« Il faut savoir soigner le contenu de ce que tu as à partager. Si par exemple tu dis que tu es musicien, vas-y chercher un réseau de musiciens que tu peux contacter de temps en temps où tu peux apprendre avec eux pour qu’au moment où tu sortiras une publication sur Facebook ou Twitter qu’elle soit soignée. C’est-à-dire que les fautes soient minimisées parce que nous tous nous sommes amenés à faire des fautes. Que la cohérence soit », a-t-il conseillé.

La journée a été bouclée par l’exposition des photos des 20 projets qui ont été retenus sur les 200 postulants.

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.