Selon Jeune Afrique, une semaine après qu’il a été renversé du pouvoir, Alpha Condé peine encore parfois à réaliser qu’il n’est plus à la tête du pays. Il réclamerait son ordinateur de travail dans lequel se trouvent stockés « une centaine de documents » qu’il devait signer pour conclure des accords entre la Guinée, le FMI et la Banque mondiale.

Selon JA, il rappelle aussi qu’il était attendu à l’Assemblée générale de l’ONU le 23 septembre pour prendre la parole au nom de la Guinée et s’inquiète de savoir qui ira à sa place.

Et le journal de révéler qu’aux rares interlocuteurs avec qui il a pu s’entretenir, Alpha Condé Condé dit qu’il n’a jamais personnellement souhaité se présenter pour un troisième mandat.

Ce sont « les femmes de Guinée » qui auraient sollicité cette candidature et « financé » sa campagne. Toujours selon lui, ajoute le journal, la junte ne veut pas le libérer car elle se rendra précisément compte de sa « popularité auprès des Guinéens et surtout des Guinéennes ».

Enfin, dans son entendement, il aurait été renversé en raison de sa « lutte implacable contre la corruption » et des « coupes budgétaires » opérées au sein de l’armée, rapporte le journal.

Guinee7.com