Les experts marocains et guinéens étaient réunis, lundi 17 décembre, dans un complexe hôtelier de Conakry, pour faire le point sur l’avancement des accords conclus entre le royaume du Maroc et la République de Guinée.

Il s’agit donc de s’appuyer sur l’état d’avancement de tous les chantiers des projets financés à travers la fondation Mohamed VI, ou à travers le gouvernement.

Cette réunion d’experts était aussi l’occasion de voir quels sont les dispositions à prendre pour améliorer la cadence et terminer les projets dans les meilleurs délais.

Invité à prendre part à cette réunion, le ministre des Investissements publics et privés, Gabriel Curtis, fait le diagnostic de l’état avancement des 39 conventions signées devant sa Majesté le roi Mohamed VI et le président Alpha Condé : « Le gouvernement guinéen est fortement engagé pour s’assurer que ces accords soient menés à bien ; c’est la raison pour laquelle, il y a aujourd’hui cette réunion des experts pour le suivi de ces accords. Il y a des projets qui sont réalisés à peu près à 40% ; il y en a à peu près à 15% qui connaissent des difficultés. Mais nous avons aussi des accords qui ont été annulés ou qui n’ont pas connu de suite. C’est  pour ça que la réunion d’aujourd’hui est importante. Pour un peu essayer de faire le point, et voir comment avancer diligemment. »

Il affirme que « Le gouvernement reste mobilisé ; notre administration aussi reste mobilisée pour trouver les voies et moyens pour que ces accords là, et les réalisations se fassent  le plus diligemment possible ».

Driss Isbayene, Ambassadeur du royaume du Maroc en Guinée, rappelle que « Le Maroc et la Guinée ont signé beaucoup d’accords et conventions qui rentrent dans le cadre de ce qu’on appelle la coopération sud-sud, la coopération de solidarité qui a toujours existé entre le Royaume du Maroc et la République de Guinée. Aujourd’hui, on a examiné 45 accords qui sont toujours en cours. La plupart de ces accords one été signés lors des deux dernières visites de sa Majesté en Guinée en 2014 et 2017. Nous sommes partis sur un constat déjà satisfaisant de réalisation. Mais je peux dire qu’après une réunion fructueuse, nous avons pu régler beaucoup de questions de difficultés au niveau de la franchise dans les douanes, également des points focaux dans certains ministères qui ont disparu avec le changement des ministres en Guinée ou au Maroc. Toujours dire que nous sommes partis sur une satisfaction presque totale, parce que les 45 accords qui ont été signés, nous sommes à plus de 34% de réalisation, et 50% de projets qui sont en cours dont la plupart seront exécuté en 2019 ».

Concernant le projet agricole, El hadj Mohamed Lamine Touré, directeur national de l’Agriculture, trouve que ces accords sont un model de coopération dans le secteur agricole.  A rappeler qu’une grande superficie est en train d’être aménagée dans la zone de Fria.

Avec deux projets d’assainissements sanitaire et autonome, Abdellatif Takarroumt, directeur en charge de développement SSE, rassure «ces projets sont des réseaux qui sont implantés dans les zones à forte urbanisation, certes il y a des difficultés qui sont liées à l’utilité publique, au trafic intense, à la circulation des personnes ; des voies qui sont assez étroites, les réseaux d’assainissement autonome sont dans des ruelles où l’accès des engins est difficile. Nous sommes obligés d’organiser les travaux manuellement, les fausses septiques nous ont parfois obligés de traverser même les salons pour faire le terrassement».

Fatoumata Kaba pour Guinee.com

Publicités

Laisser un commentaire