Plus les travaux du conseil administratif préfectoral se poursuivent, plus le préfet Hassan Sanoussy Camara durcit le ton en critiquant les exposés des communes urbaine et rurale de sa sphère politique.

Après donc la Commune rurale de Dabiss, le préfet a violemment réagi à la présentation des rapports d’activités de la Commune urbaine de Boké, à la maison des jeunes de la CR de Tanènè.

« Vous avez déçu et trahi la population en faisant de la commune urbaine de Boké une propriété privée, une entreprise personnelle. Vous êtes (conseillers communaux) tous des prisonniers en liberté provisoire », a-t-il lancé aux élus.

Parlant de la gare routière, le préfet a menacé de retirer sa gestion pour dit-il, la remettre dans le portefeuille de la préfecture. Une manière d’éviter les évasions fiscales qui gangrènent la Commune urbaine (CU).

Il a, par ailleurs déploré le non lotissement de certains quartiers de Boké, la mauvaise gestion et l’absence des délibérations juridiques au sein de la CU frappée par une crise interne.

la corruption, le détournement des deniers publics sont terminés

A en croire le préfet, « la corruption, le détournement des deniers publics sont terminés. Vous êtes plus zéro que Dabiss. Moi, je veux éviter la honte de Boké. On a trop accusé les préfets étrangers alors que ce sont les natifs même qui sont en train de détruire Boké ».

Fâché contre la mauvaise gestion de la Commune, Hassan Sanoussy Camara a juré de faire venir les jours à venir, une mission d’État pour dit-il, inspecter la gestion calamiteuse de la Commune.

D’ailleurs, le préfet demande à la commune de reverser immédiatement dans la caisse de l’Etat l’argent qui devrait servir aux lotissements des quartiers.

Avec AGP