Selon Abidjantv.net qui cite la Lettre du Continent, Emmanuel Macron et Alassane Ouattara  ont évoqué le  récent rebondissement intervenu à la CPI avec la libération totale du président Gbagbo.  

Selon le site, ‘‘le chef d’état ivoirien a convaincu son homologue français de la nécessité de briguer un troisième mandat pour  contrecarrer  la toute puissante  alliance entre le PDCI et le FPI qui sème de profondes inquiétudes au parti présidentiel. Or Amadou Gon COULIBALY qu’il a désigné en Mars comme son poulain pour lui succéder est désormais écarté à cause de son état de santé critique.  Ce dernier est encore hospitalisé à Paris après le violent choc cardiaque survenu le 2 mai  et qui l’a contraint à s’absenter du pays depuis bientôt un mois’’.

‘‘En outre,  ajoute le site, les dernières informations sont peu rassurantes.  Après la pose d’un stent sur ses artères coronaires,   il est retourné à la Pitié Salpetriere pour être admis au service de rythmologie pour  l’installation d’un défibrillateur automatique pour réguler l’activité électrique de son cœur. 

Tous ces nouveaux éléments ont poussé le président Macron à accorder son aval à  une annonce d’un  troisième mandat  d’Alassane OUATTARA. Celle-ci devrait intervenir avant le retour du président GBAGBO prévu début Juillet’’.

Les commentaires à Abidjan se font sur cette nouvelle donne. Pour Joël ETTIEN, directeur de publication de  businessactuality, ‘‘c’est un fake-news, même s’il coïncide avec la réalité, aussi M. Ouattara est un homme de parole, il ne va pas s’amuser à ce jeu. Seulement, il ne faudrait pas croire que ce qui se passe à la CPI a une incidence sur le cours de la politique ivoirienne, en ce moment. C’est vrai que le retour tant attendu du président Gbagbo et de Blé Goudé en terre ivoirienne, ne dépend pas directement du pouvoir d’Abidjan, même s’il a son mot à dire et ce mot, s’il doit le dire, ce n’est pas avant les élections’’, argumente-t-il.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Publicités