Pour contribuer à la riposte contre le COVID-19 en Guinée, l’association culturelle « Koumakan » du conteur Moussa Doumbouya alias PETIT TONTON et celle des acrobates, dénommée « Amoukanama circus », ont entamé ce jeudi, par la commune de Matam (Conakry) une série de dons alimentaires.

Pour cette première action, chacun des bénéficiaires a reçu un sac de riz de 50 kg. Dans les prochains jours, les initiateurs poursuivront leur activité en offrant aussi 50 sacs de riz à 50 familles dans les communes de Matoto, Ratoma et des matériels de protection aux centres de santé des trois communes.

Au nom de sa structure, PETIT Tonton a estimé à 40 millions GNF la valeur des vivres de la première partie du projet. Et fait savoir que l’idée « c’est de voir l’impact des artistes sur leurs entourages, communautés et leurs quartiers. Voilà pourquoi nous avons pris ces trois communes dans lesquelles nous sommes basés, dans lesquelles nous faisons des activités… Ces sacs de riz, il y en a 50, c’est pour distribuer aux familles qui sont dans le besoin en ce moment. Nous savons que cette crise sanitaire fait que beaucoup de gens ont perdu leurs boulots et ça tombe aussi sur le mois de ramadan ; période à laquelle les gens ont plus besoin de nourriture et de soutien.» a-t-il exposé en terme de motivation.

Avant de projeter qu’ : « en plus de ces vivres, demain et après-demain dans les autres communes, nous allons collecter quelques matériels de protection pour le personnel hospitalier ; que nous allons distribuer dans les CMC des trois communes. Nous allons continuer à faire des collectes et si on a d’autres soutiens, on viendra en aide aux autres communes aussi… »

D’après lui, il est également prévu, que les familles des artistes aussi pour un second temps, bénéficient des vivres.

Pour le compte de l’association des acrobates, Facinet Camara s’est exprimé en ces termes. « Nous savons que c’est difficile avec cette maladie. Donc nous avons décidé de faire ce don à notre entourage pour aider nos voisins et leur montrer qu’avec nos maigres moyens nous faisons ce que nous pouvons » a expliqué cet acrobate.

Percevant son sac de riz, l’un des pères de famille, a remercié les deux associations. « Je ne ferais que prier pour ces deux associations et dire que je suis très content. Que Dieu éloigne cette maladie de la Guinée et qu’il la fasse disparaître du monde entier » a souhaité cet habitant de Matam, en langue soussou.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com