Le centre de traitement épidémiologique de Gbessia à Conakry, a servi de cadre ce vendredi 5 mars, au lancement de la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Cette campagne qui concerne le vaccin Sinopharm offert à la Guinée par la Chine, concerne d’abord le personnel de santé, les personnes âgées et les leaders religieux.

Mohamed Fanta Condé, administrateur général du CT-EPI de Gbessia a été le premier à recevoir sa dose du vaccin Sinopharm.

Quelques minutes après avoir reçu sa dose, il nous a dit n’avoir constaté aucun effet secondaire : « C’est une joie pour moi d’avoir été le premier patient du vaccin Sinopharm pour prouver au monde entier et à la population guinéenne que c’est une chance d’avoir ce vaccin. J’ai pris le vaccin. Je me suis reposé un moment. Je n’ai pas eu de fièvre ni de céphalées, aucun symptôme. C’est pour vous rassurer que le vaccin est efficace. Ça n’a pas d’effets indésirables pour le moment sur ma personne. »

Au nom du gouvernement, le ministre de la santé, Dr Rémy Lamah a rappelé les dernières statistiques de cette maladie malgré les mesures restrictives et d’accompagnement : « malgré tous ces efforts, nous assistons à une augmentation sensible des cas ces dernières semaines avec un indice de positivité qui est passé de 2 à 8%. Pour un petit rappel des chiffres actualisés à la date du 3 mars 2021, nous enregistrons 16 291 cas positifs de la maladie, pour 15 mille 68 guérisons soit un taux de guérison de 93, 5%. »

« La première phase de cette opération va concerner les personnes vulnérables notamment le personnel de santé, les personnes âgées de 60 ans et plus, les personnes ayant des emplois stratégiques, les leaders religieux. Cette opération de vaccination débutera à Conakry à travers les quartiers les plus touchés de la ville de Conakry avant les autres étapes prévues par cette opération de vaccination » a-t-il expliqué.

Dr Sakoba Kéita, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire a fait savoir que la campagne de vaccination contre la Covid-19, « a été lancée depuis le 30 décembre dernier par la vaccination des autorités guinéennes et même le chef de l’Etat s’était vacciné le 15 janvier et c’est ça le vrai lancement et l’adoption de la vaccination de cette stratégie en République de Guinée.  Aujourd’hui c’est la continuité de ce lancement tant pour le personnel de santé que pour le public en général. L’arme que l’humanité vient d’avoir c’est le vaccin Covid-19 et nous sommes sûrs que les pays qui l’ont fait ont réussi à réduire l’incidence de cette maladie dans leur pays…Tous les gens qui sont ciblés acceptent de prendre ce vaccin pour continuer leur travail voire même éviter des décès inutiles ».

 « Il y a 20% de la population guinéenne de façon progressive qui vont être concernée par cette vaccination.  Mais nous allons commencer par les préfectures actives qui ont encore des cas. Conakry qui héberge plus de 90% de nos cas est en première ligne plus d’autres préfectures avoisinantes. Après nous allons simultanément vacciner certaines préfectures où les cas sont très actifs », a-t-il annoncé.

Avant de rappeler : « Beaucoup de pays ont pris des dispositions, désormais tu ne pourras pas accéder chez eux si tu n’es pas vacciné… nous allons aussi adopter ce critère-là dans les jours qui viennent au fur à mesure que nous aurons suffisamment de vaccins. »

A rappeler que le vaccin sinopharm sera injecté en deux doses, d’abord une dose de 0,5 ml à J1 et une seconde dose de 0,5 ml à J21 ou J28.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com