Sur les événements du 28 septembre 2009, le Capitaine Moussa Dadis Camara, déclare que depuis le début du procès aucun prévenu n’a déclaré à la barre qu’il lui a donné l’ordre d’aller au stade.

Selon lui, « il y a une confusion que monsieur Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba, a essayé de créer dans l’esprit de la Cour lorsqu’il dit qu’il n’a jamais joué le rôle de commandant du régiment. Je me porte en faux, monsieur le président pour la simple raison que si monsieur Toumba Diakité ne jouait pas le rôle de commandant du régiment il ne se serait pas permis d’aller à un centre ( de recrutement) pour chercher ou enlever 26 éléments… ».

Et d’enfoncer le clou : « lorsque lui et Sékouba, ils ont arrêté Bah Aydor, Saa Alphonse et le Colonel Abdoulaye Keïta, c’est en ce moment que, Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba a commencé à gérer le personnel du régiment. S’il s’arrête aujourd’hui devant votre auguste tribunal dire qu’il n’a jamais été commandant du régiment, et qu’il a  juste été aide de camp avec 32 personnes. De grâce, j’insiste et je persiste monsieur Toumba Diakité, a agi en qualité de commandant du régiment. »

Plus loin dans sa narration, le capitaine Dadis révèle : « avant que Toumba ne tire sur moi, les services de renseignement m’ont dit qu’il va faire un coup d’État contre moi. »

Ensuite, Moussa Dadis Camara, déclare qu’il n’est pas en sécurité avec Toumba Diakité, car « chaque fois je le regarde, s’il n’a pas une arme ».

Dadis se dit innocent, c’est pourquoi : « Je sais que vous allez me libérer monsieur le président, j’ai la conviction… personne n’a dit que je lui ai donné des ordres, personne n’a dit que je suis complice… Libérez moi monsieur le président, mais gardez votre sagesse. »

Et il annonce : « Quand vous me libérez, ma bourse d’études, je voulais faire les sciences politiques maintenant je vais pour le droit. »

Pour le capitaine Dadis, « le tir perpétré contre ma personne m’a rendu beaucoup intelligent ».

Bhoye Barry pour guinee7.com