Le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Gal Bouréma Condé, lors d’une conférence animée conjointement avec certains de ses collègues du gouvernement, ce lundi, dans la capitale guinéenne, a tapé sur la table concernant l’opération de déguerpissement des abords de la route lancée depuis quelques temps.

Afin que l’action soit pérenne, le ministre Bouréma Condé a donné des directives aux autorités locales.  « Je demande à Monsieur le Gouverneur, à Monsieur et Madame les Maires, de mettre les jeunes brigadiers de la Garde communale au travail. Ils le faisaient déjà. Chaque centimètre carré de dégagé doit avoir un garde communal comme un piquet pour surveiller ».

Pour ce faire, il a assuré que cette opération ne s’arrêtera pas. « Il n’y a pas de doute. Il faut que je rassure que cette mission, comme certains esprits malveillants la taxent de feu de paille, il n’y a pas de doute, il faut que l’on se mette en évidence. Feu de paille, il n’y en aura pas dans cette opération. Ça sera un feu de bois, et de bois massif, qui va brûler lentement ».

Enfin, ce haut commis de l’Etat a donné des précisions en ce qui concerne, les papiers à avoir pour se garantir du déguerpissement : « Quand vous jouissez de la normalité de votre propriété domaniale entre autres, vous avez votre acte de cession, vous avez également votre titre foncier, vous n’avez pas de problème. Mais alors, il ne s’agit pas d’acte de cession tricoté entre vous dans le quartier avec le chef de quartier. Ça ne tient pas la route. L’acte de cession où c’est écrit “cédant Etat guinéen”, vous êtes à l’abri. Vous avez votre titre foncier, vous êtes également à l’abri. A l’abri, ça veut dire quoi ? L’Etat peut avoir besoin, même si tous ces papiers sont avec vous. Mais si vous devez être déplacés, les normes sont là. Et l’Etat guinéen reste dans cette dynamique ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com