Les feux sémaphoriques (feux de signalisation) marchent par intermittence à Conakry, depuis peu. « Ils créent parfois le désordre dans la circulation. La dernière fois j’étais vers le boulevard Telly Diallo. J’ai attendu longtemps que le feu soit vert. J’ai été sauvé par un jeune garçon qui s’est approché et m’a dit : tonton, il vaut mieux partir parce que le feu est rouge depuis longtemps. Il ne marche pas », témoigne Aly C., un automobiliste.

En réalité ces feux sont en entretien comme nous l’a annoncé, M. Alioune Dramé, chef de service, au ministère des Transports, «c’est maintenant qu’on a fait un appel d’offres et la société Batipres a été retenue pour mettre en marche ces feux sémaphoriques dans les 11 carrefours de la ville de Conakry. C’est-à-dire de  Kaloum jusqu’au niveau du stade du 28 Septembre à Dixinn. Présentement la société fait une réhabilitation et c’est juste pour un essai. On les allume et on les éteint. C’est pour pouvoir mesurer la capacité des éléments à tenir le courant, après on procédera au lancement définitif et cela ne s’effectuera sans la police. Il faudra calculer le temps de fréquences. Parce que le temps de passage des véhicules à un carrefour est différent à un autre. Donc on aura besoin forcément de la Police routière quand ces travaux seront achevés ».

Restés depuis environ six ans sans entretien faute de financement, les feux de signalisation étaient gérés par le ministère des Travaux Publics.

«L’implantation et l’entretien de ces feux sémaphoriques relevaient de notre département plus précisément de la D.N.E.R (direction nationale de l’entretien routier) mais il y’a de cela deux ans qu’on a été remplacé par miracle par le ministère des Transports qui assure présentement leur entretien et jusqu’ici je n’ai reçu la moindre information concernant la manière dont les choses ont changé», a dit M. Amadou Bailo Diallo, chef de section de la Protection du Réseau routier du ministère des Travaux publics.

Ismaël Sylla pour guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire