Ce lundi, le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), Louceny Nabé a donné des explications sur la mise en circulation de la nouvelle coupure du billet de 20 000 francs guinéens. «En plus d’être la banque d’émission, introduit Loucény Nabé,  la banque de l’Etat, la banque des banques est aussi une banque d’entreprise qui doit couvrir ses dépenses par ses recettes. Les mille billets de 20 000 coutent à peu près 50 dollars, on fabriquait en 85 les mille billets de  5000 à 85 dollars faites une comparaison. On a beaucoup gagné en cout  mais malheureusement la valeur faciale est érodée  et ne nous encourage pas à  optimiser les couts à aller vers une dénomination  supérieure».

Par ailleurs il a tenu à rappeler que : «La banque centrale fait face peut-être  aux couts les plus élevés du monde  parce que  les valeurs faciales sont faibles, les 20 000 ne résolvent pas tous les problèmes en matière de couts mais ils en réduisent l’ampleur.  C’est bon pour l’économie de façon globale, pour la circulation  et  la bancarisation. Un des secrets espoirs  que nous avons  caressé et qui va se réaliser c’est que l’émission des billets de 20 000 nous aide à ramener dans les circuits bancaires les billets de 10 000.»

Il poursuit : «Quatre-vingt pour cent des billets de dix mille sont dans le public, la conséquence que nous avons tirée est que les opérateurs économiques  utilisent ces billets comme moyens de thésaurisation comme encaisse de précaution  avec une dénomination supérieure  peut-être que les billets de 10 000 vont nous revenir  ce n’est pas une petite économie pour nous. »

M. Nabé indique par ailleurs : «Une mission du fonds monétaire nous a dit le choc essentiel auquel  notre compte d’exploitation en tant que banque centrale est confrontée, c’est la fabrication des signes monétaires  qui nous prend  plus d’argent  que n’importe quel poste  du budget  et plus d’argent à n’importe quelle autre banque centrale. »

Cette émission monétaire a été précédée d’une étude qui indique que 75% des personnes interrogées étaient favorables  à  cette opération, selon la banque centrale. En ce qui concerne le cadre macroéconomique, louceny Nabé affirme que l’émission de cette nouvelle monnaie ne va pas augmenter l’inflation ni  menacer l’existence des petites coupures.

JB.